Exercice : le merveilleux

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Si peau d’âne m’était conté > Exercice : le merveilleux

La Belle au bois dormant
Source : Wikipédia

Lisez chaque extrait ci-dessous et soulignez les mots ou les passages qui vous semblent appartenir au domaine du merveilleux.

1. La bonne femme, ayant bu, lui dit : « Vous êtes si belle, si bonne, et si honnête, que je ne puis m’empêcher de vous faire un don (car c’était une Fée qui avait pris la forme d’une pauvre femme du village, pour voir jusqu’où irait l’honnêteté de cette jeune fille). Je vous donne pour don, poursuivit la Fée, qu’à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou une Fleur, ou une Pierre précieuse. »

(Charles Perrault, Les Fées)

2. C’était une belle femme, mais fière et hautaine, et elle ne pouvait pas souffrir que quelqu’un la surpassât en beauté. Elle avait un miroir magique, quand elle se mettait devant et s’y contemplait, elle disait :

Petit miroir, petit miroir chéri,
Quelle est la plus belle de tout le pays ?

Et le miroir répondait :

Madame la Reine, vous êtes la plus belle de tout le pays.

(Wilhelm et Jacob Grimm, Blancheneige)

3. Cendrillon alla aussitôt cueillir la plus belle qu’elle put trouver, et la porta à sa Marraine, ne pouvant deviner comment cette citrouille la pourrait faire aller au Bal. Sa Marraine la creusa et, n'ayant laissé que l'écorce, la frappa de sa baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré. Ensuite elle alla regarder dans la souricière, où elle trouva six souris toutes en vie ; elle dit à Cendrillon de lever un peu la trappe de la souricière, et à chaque souris qui sortait, elle lui donnait un coup de sa baguette, et la souris était aussitôt changée en un beau cheval.

(Charles Perrault, Cendrillon ou la petite pantoufle de verre)

4. Le Roi ordonna qu’on la laissât dormir en repos, jusqu’à ce que son heure de se réveiller fût venue. La bonne Fée qui lui avait sauvé la vie, en la condamnant à dormir cent ans, était dans le Royaume de Mataquin, à douze mille lieues de là, lorsque l’accident arriva à la Princesse ; mais elle en fut avertie en un instant par un petit Nain, qui avait des bottes de sept lieues (c’était des bottes avec lesquelles on faisait sept lieues d’une seule enjambée). La Fée partit aussitôt, et on la vit au bout d’une heure arriver dans un charriot tout de feu, traîné par des dragons.

(Charles Perrault, La Belle au bois dormant)

5. […] Ogier le Danois est assis dans la profonde cave obscure où personne n’entre ; il est vêtu de fer et d’acier, et il appuie sa tête sur ses bras vigoureux, sa longue barbe s’étale sur la table de marbre où elle est prise, il dort et il rêve, mais en rêve il voit tout ce qui se passe au Danemark. Chaque soir de Noël un ange de Dieu vient lui dire que tout est bien tel qu’il l’a rêvé, et qu’il peut se rendormir, car le Danemark n’est pas encore sérieusement en danger, mais si un tel danger vient, le vieil Ogier le Danois se lèvera, si bien que la table se fendra lorsqu’il tirera sa barbe à lui et il s’avancera et se battra, et le bruit de ses coups s’entendra dans tous les pays du monde.

(Hans Christian Andersen, Ogier le Danois)

Partager

À voir également

Commentaires