Les sirènes, Charybde et Scylla, l’île du Trident

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > L'Odyssée en peinture > Les sirènes, Charybde et Scylla, l’île du Trident

Les Sirènes

Ulysse et ses compagnons reviennent chez Circé, mais ne s’attardent pas. En revanche, elle prévient Ulysse qu’ils vont rencontrer sur leur chemin trois obstacles : les Sirènes, Charybde et Scylla, puis l’île du Trident. Circé explique également à Ulysse ce qu’il doit impérativement faire pour survivre.

Les Sirènes

Circé ne s’étend pas longuement sur ces monstres comme elle le fait pour Charybde et Scylla (lire les pages 88 à 90). Elle raconte simplement qu’elles guettent les voyageurs et « envoûtent tous les hommes qui les approchent » (page 88). Il ne faut donc surtout pas écouter « leur chant clair » (page 88). Si Ulysse le désire, il devra demander à ses compagnons de l’attacher au mât de son navire, tandis qu’eux rameront, les oreilles bouchées par de la cire amollie au soleil.

"Ulysse et les sirènes" de John Waterhouse

Pour comprendre ce passage de L’Odyssée, il faut se débarrasser de l’image de la sirène qui s’est imposée depuis Andersen (lire « La petite sirène »). Il ne s’agit pas ici de créatures aquatiques à queue de poisson, mais de véritables monstres ailés, tenant à la fois de la femme et de l’oiseau. Elles vivent sur une île « assises dans un pré près d’un grand tas d’os et de chairs en putréfaction » (page 88). Ce pré, comme la prairie d’asphodèles du royaume d’Hadès (voir la page 84), est un signe de mort, comme l’est « le calme plat » (page 92) dont un dieu, peut-être les Sirènes, sont responsables. Le soleil, lui-même, participe à cette pesanteur de mort, à ce silence dans lequel les Sirènes entonnent leur chant.

"Ulysse et les sirènes" de Thomas Moran

Elles seules, dans L’Odyssée, reconnaissent Ulysse : « Viens, illustre Ulysse, gloire des Achéens ! » (page 92)

"Ulysse et les sirènes" de Herbert James Drapert  "Les sirènes" de Léon Belly

Leur chant clair et envoûtant promet la connaissance et la joie (voir page 92). Elles savent tout (« nous savons tout ce qui arrive sur la terre nourricière », page 92). Elles sont donc omniscientes. Le plaisir qu’elles procurent à celui qui les écoute fait tout oublier (« Sa femme et ses enfants ne le reverront jamais », page 88). En cela, elles sont encore plus dangereuses que le Lotos ou Circé chez qui Ulysse passe un an. Probablement, celui qui écoute les Sirènes ne meure pas d’une mort violente, mais dépérit lentement dans l’extase de leur chant, ne mangeant plus, ne dormant plus, les écoutant sans cesse.

Homère ne nous dit pas ce qu’Ulysse a entendu, mais son regard fasciné laisse deviner quel plaisir et quel savoir il a pu en retirer.

Lire la deuxième partie

Partager

À voir également

Commentaires