Versification

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > La guerre de Troie > Versification

La simple barre (/) oblique représente la coupe ; elle sépare les syllabes.
La double barre (//) représente la césure ; elle divise en deux parties le vers.

Tu/ vois/ mon/ trou/ble ; a/pprends/ ce/ qui/ le/ cause,

Et/ ju/ge/ s'il/ est/ temps//, a/mi/, que/ je/ re/pose.

Tu/ te/ sou/viens/ du/ jour// qu'en/ Au/li/d’a/ssem/blés

Nos/ vai/sseaux/ par/ les/ vents// sem/blaient/ ê/tre a/ppe/lés.

Nous/ par/tions/. Et/ dé/jà// par/ mi/lle/ cris/ de/ joie,

Nous/ me/na/cions/ de/ loin// les/ ri/va/ges/ de/ Troie.

Un/ pro/di/ge é/to/nnant// fit/ tai/re/ ce/ trans/port.

Le/ vent/ qui/ nous/ fla/ttait// nous/ lai/ssa/ dans/ le/ port.

Il/fa/llut/ s'a/rrê/ter//, et/ la/ ra/me i/nu/tile

Fa/ti/gua/ vai/ne/ment//u/ne/ mer/ i/mmo/bile.

Ce/ mi/ra/cle i/nou/ï// me/ fit/ tour/ner/ les/ yeux

Vers/ la/ di/vi/ni/té// qu'on/ a/do/re en/ ces/ lieux.

Sui/vi/ de/ Mé/né/las//, de/ Nes/tor/, et/ d'U/lysse,

J'o/ffris/ sur/ ses/ au/tels// un/ se/cret/ sa/cri/fice.

Que/lle/ fut/ sa/ ré/pon//se ! Et/ quel/ de/vins/-je, Ar/cas,

Quand/ j'en/ten/dis/ ces/ mots// pro/non/cés/ par/ Cal/chas !

Vous/ ar/mez/ con/tre/ Troie// u/ne/ pui/ssan/ce/ vaine,

Si/, dans/ un/ sa/cri/fi//ce au/gus/te et/ so/le/nnel,

U/ne/ fi/lle/ du/ sang/ d'Hé/lène

De/ Di/ane en/ ces/ lieux/ n'en/san/glan/te/ l'au/tel.

Pour/ ob/te/nir/ les/ vents// que/ le/ ciel/ vous/ dé/nie,

Sa/cri/fiez/ I/phi/gé/nie.

Un alexandrin est un vers de douze syllabes. Il est, le plus souvent, divisé en deux parties égales de six vers chacune. Chaque partie s’appelle l’hémistiche (“hémi-” = moitié ; “-stiche” = vers) :

Il fallut s'arrêter,// et la rame inutile
Premier hémistiche     deuxième hémistiche

La règle du “e” muet

a) Si un mot, dans le vers, se termine par un “e” suivi d’un mot commençant par une consonne, ce “e” compte pour une syllabe :

Nous/ par/tions/. Et/ dé/jà// par/ mi/lle/ cris/ de/ joie,

Ainsi, “mille” ne comptera pas une syllabe, mais deux.

b) Si un mot se terminant par un “e” se trouve devant un mot commençant par une voyelle, alors ce “e” ne compte pas :

Vers/ la/ di/vi/ni/té// qu'on/ a/do/re en/ ces/ lieux.

Partager

À voir également

Commentaires