La mort d’Hector

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > La guerre de Troie > La mort d’Hector

Lecture analytique d'un extrait du chant XXII de L'Iliade (éd. Folio Junior)

Cette traduction de L'Iliade ou celle-ci peuvent vous donner une idée de l'extrait étudié.

Cet extrait de L’Iliade raconte de quelle façon Achille, fou de douleur, se venge d’Hector, le tueur d’hommes, le meurtrier de Patrocle.

Achille triomphant (Wikipédia

Un être rayonnant

Au début de l’extrait, Achille apparaît dans toute sa splendeur. Il resplendit, comme le montrent les nombreux termes en rapport avec la lumière (« firmament », « étoile du soir », « or »... ). Dans le deuxième paragraphe, les adjectifs qualificatifs « beau » « splendide » ou « belle » soulignent la beauté du personnage magnifiquement et divinement armé. Ce blond guerrier, fils d’une déesse, porte les armes forgées par le dieu forgeron, boiteux Héphaïstos. Achille est aussi violent que lumineux.

La folie furieuse

Cet être rayonnant est pourtant un monstre ivre de colère et de cruauté. Il tue Hector, et continue à l’insulter même une fois mort (Il veut qu’il «crève»). Achille n’en finit plus de meurtrir un adversaire qui n’est plus qu’un cadavre : il souhaiterait le découper en morceaux pour le dévorer, il perce ses tendons pour l’accrocher à son char et traîner son corps. Enfin, il prétend que même aux Enfers, il continuera de souffrir.

Partager

À voir également

Commentaires