Séance 3 Le voyage

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > L'arbre sans fin de Claude Ponti > Séance 3 Le voyage (À la recherche de soi)

Lecture analytique des pages 15 à 30 de L’Arbre sans fin de Claude Ponti

Après cette double métamorphose, Hipollène retrouve sa forme première. Redevenue petite fille, son voyage l’amène à se découvrir, elle et le monde qui l’entoure.

a) Le temps des contes

L’histoire que nous lisons se déroule en sept saisons merveilleuses (six pour le passage qui nous intéresse). Sept est un chiffre magique (le monde a été créé en sept jours, la semaine dure sept jours, il y a sept mers, sept nains...). Chaque saison dure mille ans. C’est une durée merveilleuse comme dans les contes (voir Blanche Neige, La belle au bois dormant). Ce n’est pas le temps de la réalité. On ne vieillit pas.

b) Le voyage

L’héroïne fait un voyage en cinq étapes :

la plus ancienne racine de l’arbre
le labyrinthe
l’espace
la planète des miroirs
le palais des Moiselles-d’Égypte

C’est un voyage merveilleux où l’on trouve toutes sortes de créatures :

les portes à sens unique
les planètes
l’escalier fatigué
les insectes-miroirs
la loupiote
la tortue-escalier volante

Tous ces personnages sont personnifiés (voir la séance 1).

c) À la recherche de soi

Ce voyage est un voyage initiatique : on n’y recherche pas un trésor mais soi-même. Il s’agit de se découvrir. C’est à l’issue de ce voyage qu’Hipollène acquerra un nom. Elle saura qui elle est. À cet égard, le labyrinthe, les portes, la planète aux miroirs, la lumière dans le noir montrent que le chemin est difficile.
Enfin Hipollène apprend que tout a une fin : son arbre mais aussi et surtout la vie. C’est la voie vers l’âge adulte. En découvrant la plus vieille racine de l’arbre, Hipollène découvre l’origine de l’arbre, l’origine de sa famille, le lieu où tout a commencé. Toute sa famille est passée par là, et s’est donné un nom, une identité.
La fin de l’extrait est importante car elle nous montre qu’Hipollène découvre le monde qui entoure son arbre. Ce dernier a donc une fin, puisqu’il a un commencement.

drapeau À retenir

On parle souvent, dans les romans la plupart du temps, de quête initiatique. C'est principalement le héros qui se livre à cette quête. Une quête est un nom féminin qui signifie "Action d'aller à la recherche de quelqu'un ou de quelque chose" (définition du Petit Robert). La quête initiatique consiste donc à partir à la recherche de soi. Le personnage va vivre toutes sortes d'aventures qui l'amèneront à se découvrir, à savoir qui il est vraiment. L'adjectif initiatique (du nom initiation, de la même famille que le verbe initier) veut dire que l'on accède à la connaissance de quelque chose. Ainsi, vous ferez cette année une initiation au latin.

On peut dire que dans le roman L'Île au trésor, le jeune héros Jim Hawkins va, à travers les aventures qu'il va vivre, partir à la découverte de soi. On peut parler alors de roman initiatique ou encore de quête initiatique. C'est la même chose pour l'héroïne de la trilogie À la croisée des mondes.

Partager

À voir également

Commentaires