Exercices sur le dialogue

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Le roman de Renart > Exercices sur le dialogue

Exercice 1

Réécrivez le texte ci-dessous en respectant les règles de construction du dialogue. Pensez, si c’est nécessaire, à ajouter des verbes de paroles afin d’indiquer quel personnage parle.

Il n’eut pas fait vingt pas qu’il aperçut damp Primaut venant à lui d’un pas rapide, comme s’il le reconnaissait. « Renart, dit-il, sois le bienvenu  ! — Et vous, damp Primaut, Dieu vous garde et vous donne bon jour ! Peut-on savoir d’où votre seigneurie accourt si vite ? — Je viens du bois où j’ai chassé longtemps sans rien trouver. Mais que portes-tu donc là ?
RENART. De bons et beaux gâteaux d’église : des oublies.
PRIMAUT. Des gâteaux ! où les as-tu découverts ?
RENART. Mais apparemment où ils étaient ; ils m’y attendaient, je suppose.
PRIMAUT. Ah ! cher ami, partageons, je te prie.
RENART. Je vous les donne, et je vous les donnerais quand même ils vaudraient cinq cents livres. »
Primaut ayant mangé les oublies de grand cœur : « Renart, sais-tu que ces gâteaux sont fort bons ? En as-tu d’autres ? — Non, pour le moment. — Eh bien, j’en ai regret ; car, par saint Germain et l’âme de mon père, je sens une faim horrible. Je n’avais rien mangé d’aujourd’hui, et malgré tes oublies, je me sens prêt à défaillir. — Prenez, dit Renart, un peu de courage. Vous voyez là-bas ce moutier ? Allons-y, nous y trouverons autant d’oublies que nous voudrons. — Ah ! cher ami Renart, s’il en était ainsi, j’en serais reconnaissant toute ma vie. — Laissez-moi faire, et vous allez être content, je le promets sur ma tête. Marchez devant, je suivrai. »

Exercice 2

Recopiez le dialogue ci-dessous en ajoutant les verbes de paroles qui manquent.
Aidez-vous de cette liste : « rétorquer », « dire », « saluer », « demander », « suggérer », « consentir », « s’écrier », « répondre », « répliquer ».

Renart ... la Mésange :
« J’arrive bien à propos, commère ; descendez, je vous prie ; j’attends de vous le baiser de paix, et j’ai promis que vous ne le refuseriez pas.
- À vous, Renart ? ... la Mésange. Bon, si vous n’étiez pas ce que vous êtes, si l’on ne connaissait vos tours et vos malices !
- Que vous êtes peu charitable ! ... Renart. Écoutez-bien : sire Noble, notre roi, vient de proclamer la paix générale ; plaise à Dieu qu’elle soit de longue durée ! Le temps est passé des disputes, des procès et des meurtres ; chacun aimera son voisin, et chacun pourra dormir tranquille.
- Savez-vous, damp Renart, ... la Mésange, que vous dites là de belles choses ? Je veux bien les croire à demi ; mais cherchez ailleurs qui vous baise, ce n’est pas moi qui donnerai l’exemple.
- En vérité, commère, vous poussez la défiance un peu loin. Tenez, je fermerai les yeux pendant que vous descendrez m’embrasser, ... Renart.
- S’il est ainsi, je le veux bien, ... la Mésange.
- Voyons vos yeux. Sont-ils bien fermés ?... Renart.
- Oui, ... Renart.
- J’arrive. », ... la Mésange.

Exercice 3

Recopiez le dialogue ci-dessous en trouvant les verbes de paroles qui manquent.

Cependant l’oiseau avait garni sa patte d’un petit flocon de mousse qu’il vint déposer sur les barbes de Renart. À peine celui-ci a-t-il senti l’attouchement qu’il fait un bond pour saisir la Mésange, mais ce n’était pas elle, il en fut pour sa honte.
« Ah ! Voilà donc votre paix, votre baiser ! Il ne tient pas à vous que le traité ne soit déjà rompu, ... la Mésange.
- Eh ! ... Renart, ne voyez-vous pas que je plaisante ? Je voulais voir si vous étiez peureuse. Allons ! recommençons ; tenez, me voici les yeux fermés. »
La Mésange, que le jeu commençait à amuser, vole et sautille, mais avec précaution. Renart montrant une seconde fois les dents :
« Voyez-vous,  lui ...-elle, vous n’y réussirez pas. Je me jetterais plutôt dans le feu que dans vos bras.
- Mon Dieu ! ... Renart, pouvez-vous ainsi trembler au moindre mouvement ! Vous supposez toujours un piège caché : c’était bon avant la paix jurée. Allons ! une troisième fois, c’est le vrai compte, en l’honneur de Sainte Trinité. »

Partager

À voir également

Commentaires