Le sonnet

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Le départ > Le sonnet

Le mot « sonnet » provient du verbe « sonner » et signifie, au XIIe siècle, « petite chanson ».

Le sonnet est une forme poétique qui a connu un incroyable succès à travers les siècles. Il nous vient très probablement d’Italie, et a été popularisé par le poète Pétrarque au XVIe siècle.

Il est composé de quatorze vers répartis en quatre strophes : deux quatrains (ce sont des strophes de quatre vers) et deux tercets (ce sont des strophes de trois vers).

Les deux quatrains ont des rimes qui suivent la combinaison abba, abba. Les deux tercets ont la combinaison ccd, eed (1), mais il existe en réalité une grande variété de possibilités.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, a
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison, b
Et puis est retourné, plein d'usage et raison, b
Vivre entre ses parents le reste de son âge ! a

Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village a
Fumer la cheminée, et en quelle saison b
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison, b
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ? a

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux, c
Que des palais romains le front audacieux, c
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine, d

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin, e
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin, e
Et plus que l'air marin la doulceur angevine. d

Le mètre utilisé est généralement l’alexandrin, mais certains sont écrits en décasyllabes.

Boileau, dans son Art poétique, définit le sonnet ainsi :

On dit, à ce propos, qu'un jour ce dieu bizarre (2),
Voulant pousser à bout tous les rimeurs françois (3),
Inventa du Sonnet les rigoureuses lois ;
Voulut qu'en deux quatrains, de mesure pareille,
La rime, avec deux sons, frappât huit fois l'oreille ;
Et qu'ensuite six vers, artistement rangés,
Fussent en deux tercets par le sens partagés.
Surtout, de ce Poème il bannit la licence (4) ;
Lui-même en mesura le nombre et la cadence ;
Défendit qu'un vers faible y pût jamais entrer,
Ni qu'un mot déjà mis osât s'y remontrer.
Du reste, il l'enrichit d'une beauté suprême
Un sonnet sans défaut vaut seul un long Poème.


Notes :

1 - On pourrait aussi considérer que les tercets forment un distique à rimes plates (cc) suivi d’un quatrain à rimes embrassées (deed).
2 - Ce dieu bizarre : Apollon.
3 - Les rimeurs françois : les français qui font des rimes (des poèmes).
4 - la licence : la licence poétique, c'est-à-dire la possibilité de changer l'orthographe de certains mots pour avoir le nombre voulu de syllabes.

Partager

À voir également

Commentaires