Le signe

Vous êtes ici : Lettres > Cours > Le signe

I - Qu’est-ce qu’un signe ?

Un signe est un objet porteur d’une signification. Par exemple, un feu rouge signifie que l’on doit s’arrêter.

Depuis le début du XXe siècle, on dit qu’un mot est un signe. C’est une forme que l’on appelle signe.

II - Signifiant et signifié

Un signe est composé d’un signifiant et d’un signifié. Le signifiant et le signifié sont indissociables : ils ne peuvent pas être séparés (pas plus que le recto et le verso d’une feuille ne peuvent l’être).
Le signifiant est une association de lettres formant des sons. C’est, en quelque sorte, le contenant.
Le signifié est le sens, la définition du signe. C’est le contenu

Le mot chien est un signe parce que c’est une forme composée de lettres (le c, le h, le i, etc.) et parce qu’il est doté d’une signification (un animal domestiqué par l’homme).

En somme, un signe est une association de lettres pourvue d’une signification.

III - Le référent

Le signe désigne un élément de la réalité (un objet, un être vivant…). Cette réalité est nommée référent. Ce qui aboie n’est ni le signe chien ni son signifié (sa définition), c’est l’animal. Si vous marchez dans le signifié d’un gros mot de cinq lettres (et pour lequel notre chien a une certaine responsabilité), vous marchez non pas dans le signifié ni dans son signifiant, mais dans son référent.

Un même référent peut être nommé de multiples façons. Le meilleur ami de l’homme, le héros de L’Appel de la forêt désignent le même référent (un chien nommé Buck).

IV - L’arbitraire du signe

On dit que le signe est arbitraire, c’est-à-dire qu’il n’y a aucun rapport motivé entre la forme du signifiant et la définition du signifié. D’ailleurs, d’une langue à l’autre, l’animal que nous appelons chien peut être désigné par différents signes : dog, hund, cane, perro

Il existe cependant un lien entre la forme d’un signe et ce qu’il signifie dans le cas de l’onomatopée. L’onomatopée est une imitation de la chose nommée : atchoum pour un éternuement, pin-pon pour la sirène d'un véhicule, tic-tac pour le bruit de la montre… Mais, chaque langue a ses propres onomatopées si bien qu’on ne peut établir de lien justifié entre le signe et le signifiant : le coq français fait cocorico tandis que le coq anglais fait cock-a-doodle-doo et que le coq allemand fait kikeriki

Partager

À voir également

Commentaires