À la recherche de la Méchante Sorcière

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Le Magicien d'Oz > À la recherche de la Méchante Sorcière

De son œil unique aussi puissant qu’un télescope, la Sorcière de l’Ouest voit Dorothée et ses amis arriver. Elle envoie de grands loups les dévorer, mais le Bûcheron de fer-blanc les taille tous en pièces. La Sorcière envoie des nuées de corbeaux leur crever les yeux, mais l’Épouvantail se charge d’eux et leur tord le cou. Elle envoie ensuite un essaim d’abeilles noires, puis ses esclaves, les Winkies, mais à chaque fois, Dorothée et ses amis les affrontent avec succès.

La Sorcière envoie alors les Singes Ailés (qu’elle commande grâce à la Capuche Dorée). Ceux-ci s’emparent du Bûcheron qu’ils jettent sur des rochers, de l’Épouvantail qu’ils vident de sa paille, et font prisonniers Dorothée et le Lion.

La méchante sorcière de l'ouestLa Méchante Sorcière était en même temps surprise et inquiète quand elle vit la marque sur le front de Dorothée, car elle savait bien que ni elle ni les Singes Ailés n’oseraient faire quelque mal que ce soit à la fillette. Elle baissa les yeux pour regarder les pieds de Dorothée et, voyant les Chaussures d’Argent, elle se mit à trembler de peur car elle savait quel puissant charme leur était associé. D’abord, la Sorcière fut tentée de fuir Dorothée, mais elle croisa le regard de l’enfant et elle vit combien l’âme qu’il renfermait était pure et que la fillette ne savait pas quel merveilleux pouvoir les Chaussures d’Argent lui donnaient. Alors, la Méchante Sorcière rit sous cape et pensa : «Je peux encore la réduire en esclavage, car elle ne sait pas utiliser son pouvoir.» Ensuite, elle dit à Dorothée, rudement et sévèrement :

« Viens avec moi, et assure-toi de bien prêter attention à tout ce que je te dis, car si tu ne le fais pas, je te réduirai à néant, comme je l’ai fait pour le Bûcheron de fer-blanc et l’Épouvantail. »

Dorothée la suivit à travers nombre de belles pièces de son château jusqu’à ce qu’elles arrivent à la cuisine, où la Sorcière lui ordonna de nettoyer les casseroles et les bouilloires, de balayer le sol et de nourrir le feu avec des bûches.

Dorothée s’exécuta docilement, déterminée à travailler aussi dur qu’elle le pourrait, car elle était contente que la Méchante Sorcière ait décidé de ne pas la tuer.

Pendant que Dorothée travaillait dur, la Sorcière pensa qu’elle pourrait aller dans la cour et harnacher le Lion Peureux comme un cheval ; cela l’amuserait certainement de le faire tirer sa carriole quand l’envie lui prendrait d’aller faire un tour. Mais au moment où elle ouvrait la porte, le Lion poussa un énorme rugissement et se rua si violemment vers elle que la Méchante Sorcière prit peur, s’enfuit en courant et ferma à nouveau la porte.

« Si je ne peux pas te mettre le harnais, dit la Sorcière au Lion, en parlant à travers les barreaux de la porte, je peux t’affamer. Tu n’auras rien à manger jusqu’à ce que tu fasses ce que je te dis. »

Ainsi, elle ne porta plus de nourriture au Lion emprisonné ; mais, chaque jour, elle venait à la grille à midi et demandait : « Es-tu prêt à être harnaché comme un cheval ? »

Et le Lion répondait : « Non. Si tu viens dans cette cour, je te mordrai. »

La raison pour laquelle le Lion n’avait pas à faire ce que la Sorcière voulait était que chaque soir, quand la femme était endormie, Dorothée lui apportait de la nourriture du garde-manger.

Après avoir mangé, il se couchait sur son lit de paille, et Dorothée s’allongeait à côté de lui et posait sa tête sur sa douce et longue crinière tandis qu’ils parlaient de leurs soucis et essayaient de trouver un plan pour s’échapper. Mais ils ne trouvaient aucun moyen de sortir du château, car il était gardé en permanence par les Winkies jaunes, qui étaient les esclaves de la Méchante Sorcière et qui avaient trop peur d’elle pour lui désobéir.

La fillette devait travailler dur pendant la journée et souvent, la Sorcière menaçait de la battre avec le vieux parapluie qu’elle avait toujours à la main. Mais, en vérité, elle n’osait pas frapper Dorothée à cause de la marque sur son front. L’enfant ne savait pas cela, et se consumait de peur pour elle-même et Toto. Un jour, la Sorcière frappa Toto avec son parapluie et le brave petit chien se jeta sur elle et lui mordit la jambe. La Sorcière ne saigna pas là où elle avait été mordue, car elle était si méchante que son sang s’était asséché depuis des années.

La méchante sorcière et TotoLa vie de Dorothée devint très triste quand elle finit par comprendre qu’il serait plus difficile que jamais de retourner dans le Kansas et de revoir Tante Em. Parfois, elle versait des larmes amères pendant des heures, avec Toto à ses pieds. Il la regardait en gémissant désespérément pour lui montrer à quel point il se sentait triste pour sa petite maîtresse. Il importait peu à Toto d’être au Kansas ou au Pays d’Oz du moment que Dorothée était avec lui ; mais il savait que la petite fille était malheureuse, et cela le rendait malheureux lui aussi.

« La Sorcière était trop effrayée par le noir pour oser aller dans la chambre de Dorothée la nuit. »

La Méchante Sorcière voulait absolument posséder les Chaussures d’Argent que la fille portait tout le temps. Ses abeilles, ses corbeaux et ses loups attendaient en tas et s’asséchaient, et elle avait utilisé tout le pouvoir de la Capuche Dorée ; mais si elle pouvait obtenir les Chaussures d’Argent, elles lui donneraient plus de pouvoir que tout ce qu’elle avait perdu. Elle surveilla Dorothée pour voir si elle enlevait ses chaussures, en se disant qu’elle pourrait alors les lui voler. Mais l’enfant était si fière de ses belles chaussures qu’elle ne les enlevait jamais, excepté la nuit et lorsqu’elle prenait son bain. La Sorcière était trop effrayée par le noir pour oser aller dans la chambre de Dorothée la nuit et prendre ses chaussures, et sa peur de l’eau était plus grande encore. Elle ne s’approcha donc jamais pendant que Dorothée se baignait. Bien sûr, la vieille Sorcière ne touchait jamais l’eau, et ne laissait jamais l’eau la toucher d’aucune manière.

Mais la diabolique sorcière était très rusée, et elle imagina finalement une ruse qui lui permettrait d’obtenir ce qu’elle convoitait. Elle plaça une barre de fer au milieu du sol de la cuisine, puis la rendit invisible par magie aux yeux des humains. Ainsi, lorsque Dorothée traversa la pièce, elle trébucha sur la barre, incapable de la voir, et elle s’étala de tout son long. Elle ne se fit pas mal mais, dans sa chute, l’une des Chaussures d’Argent se déchaussa ; et avant qu’elle puisse la récupérer, la Sorcière la prit et l’enfila sur son maigre pied.

La méchante femme était très satisfaite du succès de son petit tour car, tant qu’elle avait une des deux chaussures, elle possédait la moitié de la puissance du charme, et Dorothée ne pouvait plus l’utiliser contre elle, même si elle avait su comment faire.

Dorothée jette un seau d'eau sur la sorcière

La fillette, voyant qu’elle avait perdu l’une de ses jolies chaussures, se mit en colère, et dit à la Sorcière : «Rendez-moi ma chaussure !»

« Je n’en ferai rien, répliqua la Sorcière, car maintenant, c’est ma chaussure, et non plus la tienne. »

« Vous êtes une vilaine créature ! s’exclama Dorothée. Vous n’avez aucun droit de me prendre ma chaussure. »

« N’empêche, je vais la garder, dit la Sorcière, lui riant au nez, et un jour, je te prendrai l’autre aussi. »

Cela mit Dorothée tellement en colère qu’elle prit le seau d’eau qui se trouvait à côté d’elle et elle le renversa sur la Sorcière, la trempant des pieds à la tête.

Immédiatement, la méchante femme poussa un grand cri de peur, et ensuite, tandis que Dorothée la regardait avec stupeur, la Sorcière commença à rétrécir et à disparaître.

« Regarde ce que tu as fait ! cria-t-elle. Dans une minute, je vais fondre. »

« Je suis vraiment, vraiment désolée », dit Dorothée, qui était réellement effrayée de voir la Sorcière littéralement fondre comme du sucre roux sous ses yeux.

(Extrait du chapitre XII)

Questions

La sorcière

1 - Que fait la sorcière de Dorothée ? Et du Lion ? Pourquoi d’après vous ?
2 - Quels sont les défauts de la Sorcière ? Quelles sont, au contraire, les qualités de Dorothée ?
3 - Quels contes connaissez-vous dans lesquels des enfants sont maltraités par une méchante femme ?
4 - Pour quelles raisons Dorothée ne devrait-elle pas avoir peur de la Sorcière ? Mais pourquoi la craint-elle tout de même ?

La fin de la sorcière

5 - Qu’est-ce qui met Dorothée très en colère ?
6 - Que fait alors Dorothée ?
7 - Avait-elle l’intention de parvenir à ce résultat ? Quel sentiment éprouve-t-elle à ce moment ?

Partager

À voir également

Commentaires