Le conseil des Munchkins

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Le Magicien d'Oz > Le conseil des Munchkins

Le cyclone a déposé (très doucement) la maison dans un pays très beau, où tout est vert et fleuri, les arbres sont lourds de fruits savoureux, un ruisseau murmure, et les oiseaux chantent.

Alors qu’elle admire cet étonnant paysage, Dorothée voit venir à elle de petites gens vêtues étrangement.

Les MunchkinsQuand ces gens s’approchèrent de la maison sur le seuil de laquelle se tenait Dorothée, ils s’arrêtèrent et chuchotèrent entre eux, comme s’ils avaient peur d’aller plus loin. Mais la vieille petite femme se dirigea vers Dorothée, la salua et dit d’une voix douce :

« Sois la bienvenue, très noble ensorceleuse, au pays des Munchkins. Nous te sommes très reconnaissants d’avoir tué la Méchante Sorcière de l’Est, et d’avoir libéré notre peuple de l’esclavage ».

Dorothée écouta ce discours avec étonnement.

Que pouvait bien vouloir dire la petite femme en l’appelant ensorceleuse, et en disant qu’elle avait tué la Méchante Sorcière de l’Est ? Dorothée était une innocente et inoffensive petite fille qu’un cyclone avait emmenée à plusieurs kilomètres de sa maison, et elle n’avait jamais tué qui que ce soit de sa vie.

Mais la petite femme attendait manifestement une réponse. Dorothée dit donc en hésitant : «Vous êtes gentille, mais il doit y avoir une erreur. Je n’ai jamais tué qui que ce soit.»

« Ta maison l’a fait, répondit la petite vieille en riant, et c’est la même chose. Regarde ! continua-t-elle en désignant le coin de la maison. Ses deux pieds dépassent d’un morceau de bois. »

Dorothée regarda et poussa un petit cri d’effroi. Là, en effet, juste sous le coin de la grande poutre sur laquelle reposait la maison, deux pieds sortaient, chaussés de souliers d’argent à bouts pointus.

« Oh, mon dieu ! Oh, mon dieu ! cria Dorothée, joignant les mains de consternation. La maison a dû lui tomber dessus. Que pouvons-nous faire ? »

« Il n’y a plus rien à faire », dit calmement la petite femme.

« Mais qui était-ce ? » demanda Dorothée.

« C’était la Méchante Sorcière de l’Est, comme je te l’ai déjà dit, répondit la petite femme. Durant de nombreuses années, elle a asservi les Munchkins en les faisant travailler jour et nuit. Maintenant, ils sont tous libres, et ils t’en sont reconnaissants. »

« Tante Em m’a raconté que les sorcières étaient toutes mortes. »

« Qui sont les Munchkins ? » s’enquit Dorothée.

« Ce sont les gens qui vivent dans ce pays de l’Est où régnait la Méchante Sorcière de l’Est. »

« Êtes-vous une Munchkin ? » demanda Dorothée.

« Non, mais je suis leur amie, même si je vis dans le pays du Nord. Quand ils ont vu que la Sorcière de l’Est était morte, les Munchkins m’ont envoyé un messager express, et je suis venue immédiatement. Je suis la Sorcière du Nord. »

« Oh, ciel ! cria Dorothée. Êtes-vous une véritable sorcière ? »

« Oui, en effet, répondit la petite femme. Mais je suis une bonne sorcière et les gens m’aiment. Je ne suis pas aussi puissante que la Méchante sorcière qui régnait ici, sinon j’aurais libéré ces gens moi-même. »

« Mais je pensais que toutes les sorcières étaient méchantes », dit la petite fille à moitié effrayée de se trouver face à une véritable sorcière.

« Oh ! non, c’est une grossière erreur ! Il n’y avait que quatre sorcières dans tout le Pays d’Oz, et deux d’entre elles, celles qui vivent au Nord et au Sud, sont de bonnes sorcières. Je sais que c’est vrai, je suis l’une d’entre elles et je ne peux pas me tromper. Celles qui habitaient à l’Est et à l’Ouest étaient, en effet, de méchantes sorcières ; mais maintenant que tu as tué l’une d’entre elles, il n’y a plus qu’une seule Méchante Sorcière dans tout le Pays d’Oz - celle qui vit à l’Ouest. »

« Mais, dit Dorothée, après un moment de réflexion, Tante Em m’a raconté que les sorcières étaient toutes mortes il y a des années et des années. »

« Qui est Tante Em ? » s’enquit la petite vieille.

« C’est ma tante, elle vit au Kansas, d’où je viens. »

L. Frank Baum imaginait ses histoires pour ses enfants.
Un jour, l’un d’eux aurait demandé où se passait l’histoire. Baum réfléchit, vit alors les tiroirs d’un meuble où étaient classés des dossiers par ordre alphabétique. Le premier tiroir affichait «A-N», le second «O-Z».
Le pays d’Oz était né.

La Sorcière du Nord sembla réfléchir un moment, la tête penchée et les yeux baissés vers le sol. Puis, elle releva les yeux et dit : « Je ne sais pas où se trouve le Kansas, je n’ai jamais entendu parler de ce pays auparavant. Mais dis-moi, est-ce un pays civilisé ? »

« Nous sommes coupés du reste du monde. »

« Ah ! oui ! » répondit Dorothée.

« Alors tout s’explique. Dans les pays civilisés, je crois qu’il ne reste ni sorcières ni magiciens ni ensorceleuses ni enchanteurs. Mais, vois-tu, le Pays d’Oz n’a jamais été civilisé, car nous sommes coupés du reste du monde. C’est pourquoi nous avons encore des sorcières et des magiciens parmi nous ».

« Qui sont les magiciens ? » demanda Dorothée.

« Oz lui-même est le Grand Magicien, répondit la sorcière en chuchotant. Il est plus puissant que nous tous réunis. Il vit dans la cité d’Émeraude. »

Dorothée allait poser une autre question, mais à ce moment les Munchkins, qui s’étaient tenus jusque-là silencieux, poussèrent un grand cri et désignèrent le coin de la maison où la Méchante Sorcière gisait.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda la petite vieille. Elle regarda et se mit à rire. Les pieds de la Sorcière morte avaient complètement disparu, et il ne restait que les chaussures d’argent.

« Elle était si vieille, expliqua la Sorcière du Nord, qu’elle s’est rapidement évaporée au soleil. C’en est fini d’elle. Mais les chaussures d’argent sont à toi et tu dois les porter. » Elle se baissa et ramassa les chaussures et, après en avoir enlevé la poussière, les tendit à Dorothée.

«La Sorcière de l’Est était fière de ses chaussures d’argent, dit l’un des Munchkins, et ils ont un pouvoir, mais nous n’avons jamais su lequel. » Dorothée emporta les chaussures dans la maison et les posa sur la table. Puis elle ressortit et dit aux Munchkins :

« Je suis impatiente de retourner chez ma tante et mon oncle, car je suis sûre qu’ils vont s’inquiéter. Pouvez-vous m’aider à trouver mon chemin ? »

Les Munchkins et la Sorcière se regardèrent, puis regardèrent Dorothée, et secouèrent la tête.

« À l’Est, non loin d’ici, dit l’un d’eux, il y a un grand désert, et personne n’a jamais réussi à le traverser. »

« C’est la même chose au Sud, dit un autre, car j’y suis allé et je l’ai vu. Le Sud est le pays des Quadlings. »

« On m’a dit, ajouta le troisième homme, que c’était pareil à l’Ouest. Et ce pays, où vivent les Winkies, est dirigé par la Méchante Sorcière de l’Ouest, qui fera de toi une esclave si tu croises son chemin. »

« Le Nord est ma maison, dit la vieille dame, et il est bordé par le même grand désert qui entoure le Pays d’Oz. Je crains, ma chère, que tu ne doives vivre avec nous. »

À cette nouvelle, Dorothée commença à sangloter, car elle se sentait seule au milieu de ces gens étranges. Ses larmes durent attrister les Munchkins au bon cœur, car ils prirent immédiatement leurs mouchoirs et se mirent à pleurer aussi. Quant à la vieille petite femme, elle ôta son chapeau et le posa en équilibre sur le bout de son nez en comptant « Une, deux, trois » d’une voix solennelle. Aussitôt le chapeau se transforma en ardoise, sur laquelle était écrit en gros caractères, avec une craie blanche :

« QUE DOROTHÉE AILLE À LA CITÉ D’ÉMERAUDE. »

(Chapitre II)

Questions

Le pays des Munchkins

1 - Quels sont les principaux personnages de cet épisode ? Dans quel genre littéraire les trouve-t-on le plus souvent ?
2 - Relevez au moins trois exemples de merveilleux.
3 - Comment Dorothée est-elle accueillie au pays des Muchkins ? Pourquoi ?
4 - Quel autre personnage, très célèbre, parvient dans un lieu où les personnages sont également très petits ?
5 - Quel personnage constitue une possible menace pour Dorothée ?

Retourner chez soi

6 - Est-il facile pour Dorothée de rentrer chez elle au Kansas ? Pourquoi ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte.
7 - Est-on inquiet pour elle ? Pourquoi ?
8 - Quelle solution lui est proposée ?
9 - Relevez, page 321, les termes en rapport avec le voyage (le déplacement).

Les souliers
Dans le film, Judy Garland porte des souliers de rubis.
Ce changement de couleur met en valeur la nouvelle technologie de l'époque, le Technicolor.

Partager

À voir également

Commentaires