Les moutons de Panurge

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Les géants Gargantua et Pantagruel > Les moutons de Panurge

Dans le Quart livre, Pantagruel et ses compagnons sont partis à la recherche de la dive bouteille. Au cinquième jour de leur périple, ils croisent un navire marchand. La rencontre se passe bien, mais Panurge se dispute avec un marchand nommé Dindonnault.
Ils se réconcilient, et Panurge - malgré les moqueries du marchand - lui achète un mouton, qu’il paye excessivement cher.

Les moutons de Panurge

Comment Panurge fit noyer en mer le marchand et les moutons

Chapitre VIII

Soudain, je ne sais comment la chose arriva si vite, je n’eus le loisir de le considérer, Panurge, sans dire autre chose, jette en pleine mer son mouton criant et bêlant. Tous les autres moutons, criant et bêlant avec la même intonation, commencèrent à se jeter et sauter en mer à sa suite, à la file. C’était à qui sauterait le premier après leur compagnon. Il n’était pas possible de les en empêcher, comme vous connaissez le naturel du mouton, qui est de toujours suivre le premier, en quelque endroit qu'il aille. Aristote le dit aussi au livre 9 de L’Histoire des animaux, c’est l’animal le plus sot et inepte du monde.
Le marchand, tout effrayé de ce que devant ses yeux il voyait périr et noyer ses moutons, s'efforçait de les en empêcher et de les retenir autant qu’il le pouvait. Mais c'était en vain. Tous à la file sautaient dans la mer, et périssaient. Finalement, il en prit un grand et fort par la toison sur le tillac (1) du navire, pensant ainsi le retenir, et conséquemment sauver le reste aussi. Le mouton fut si puissant qu'il emporta dans la mer avec lui le marchand qui se noya, de la même façon que les moutons de Polyphème le Cyclope borgne emportèrent Ulysse et ses compagnons hors de la caverne. Les autres bergers et gardiens en firent autant, les prenant les uns par les cornes, les autres par les pattes, les derniers par la toison. Tous furent pareillement emportés et noyés misérablement en mer.
Panurge, à côté de la cuisine, tenant un aviron (2) en main, non pour aider les bergers, mais pour les empêcher de grimper sur le navire et échapper au naufrage. Il les exhortait avec éloquence, comme s’il était un petit frère d’Olivier Maillard (3) ou un second frère Jean Bourgeois (4), leur démontrant par lieux de rhétorique (5) les misères de ce monde, le bien et le bonheur de l'autre vie, affirmant que les trépassés (6) sont plus heureux que les vivants dans cette vallée de misère, et promettant à chacun d'eux d’ériger un beau cénotaphe (7) et sépulcre (8) en leur honneur au plus haut du Mont-Cenis, à son retour du Lanternois. Il leur souhaitait néanmoins, au cas où vivre encore parmi les humains ne leur déplût pas et où il ne leur vînt pas à l’idée de se noyer, bonne aventure et rencontre de quelque baleine, laquelle au troisième jour les rendrait sains et saufs en quelque doux pays, à l'exemple de Jonas (9).
[...]

Le Quart livre


Notes :

1 - Le tillac : pont supérieur d’un navire.
2 - Aviron : rame.
3 - Olivier Maillard : prédicateur célèbre par ses sermons sous Louis XI, Charles VIII et Louis XII.
4 - Jean Bourgeois : autre célèbre prédicateur.
5 - La rhétorique est l’art de bien parler et de convaincre avec éloquence.
6 - Les trépassés : les morts.
7 - Cénotaphe : tombeau élevé à la mémoire d’un mort et qui ne contient pas son corps.
8 - Sépulcre : tombeau.
9 - Jonas, pris dans une tempête, passe trois jours dans le ventre d’une baleine (voir Le livre de Jonas dans L’Ancien Testament).

Questions

Moutons par-dessus bord

1. Quel terme, dans cette phrase, montre que le mouton appartient à Panurge ? Donnez sa classe grammaticale.

2. Relevez, toujours dans la même phrase, deux participes présents. Sont-ils employés comme verbes ou comme adjectifs ? Justifiez votre réponse.

3. Que fait Panurge de son mouton ? Que font alors les autres moutons ?

4. Quels mots et quelles expressions employés par Rabelais montrent et prouvent que le mouton est un animal vraiment stupide ?

Vengeance...

5. Pourquoi Panurge a-t-il jeté à l’eau le mouton qu’il a acheté ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte.

6. Comment réagissent les marchands ? Que leur arrive-t-il ?

7. Panurge les aide-t-il ? Que fait-il ?

Et sarcasmes

8. Relevez, dans le dernier paragraphe, les termes qui montrent que Panurge parle aux bergers.

9. À quoi voit-on, toujours dans le même paragraphe, qu’il se moque d’eux ?

10. À quel personnage de la mythologie grecque (cité dans le texte) Panurge fait-il penser ?

La littérature passée dans le langage courant

Les moutons de Panurge sont passés dans le langage courant et désignent une ou plusieurs personnes suivant les autres, les imitant sans se poser aucune question.

Voici d’autres allusions à la littérature. Lesquelles connaissez-vous ? Cherchez celles que vous ne connaissez pas, puis rédigez une phrase employant ces expressions.

Réécriture

Remplacez « Le marchand » par « Les marchands ».

Le marchand, tout effrayé de ce que devant ses yeux il voyait périr et noyer ses moutons, s'efforçait de les en empêcher et de les retenir autant qu’il le pouvait.

Partager

À voir également

Commentaires