dictionnaire et traducteurs

La ponctuation

Vous êtes ici : Lettres > Cours > La ponctuation

La ponctuation est parfois oubliée par l’école qui préfère souvent consacrer du temps à l’étude de l’orthographe ou de la grammaire. Peut-être aussi l’est-elle parce qu’elle est muette, puisqu’on ne la prononce pas, pas même dans la lecture à voix haute.

Pourtant, elle est très importante pour comprendre une phrase ou un texte. Selon la ponctuation choisie, une phrase peut changer de sens :

Le cyclope dit : « Ulysse est idiot. »
« Le cyclope, dit Ulysse, est idiot. »

Auparavant, la ponctuation marquait les endroits pour respirer. En effet, on ne peut lire un texte de plusieurs lignes sans jamais s’arrêter. Essayez de lire le paragraphe ci-dessous sans jamais vous arrêter !

Lire un paragraphe

Aujourd’hui, on l’a vu, elle sert davantage à construire le sens (voir les deux phrases de l’exemple ci-dessus) et à structurer la phrase (par l’usage des guillemets, on distingue ce que dit le cyclope de ce que dit Ulysse, par exemple).

Les principaux signes de ponctuation sont le point |.|, le point d’exclamation |!|, le point d’interrogation |?|, les deux points |:|, les points de suspension |...|, le point-virgule |;|, la virgule |,|, les parenthèses |( )|, les guillemets |« »| et les tirets |-|.

D’autres signes sont indispensables à la lecture d’un texte. C’est ce qu’on appellera les blancs du texte (si nombreux qu’une page est aussi parsemée de trous que le gruyère). Il s’agit de l’espace (ici féminin) entre deux mots, mais aussi de l’alinéa ou du retour à la ligne.

I - Les principaux signes de ponctuation

1. La ponctuation forte

Le point, le point d’exclamation, le point d’interrogation, les points de suspension ainsi que les deux points sont des signes de ponctuation forte.
Ils se trouvent à la fin d'une phrase.
Une phrase est généralement une suite de mots qui commence par une majuscule et se termine par un point. Ce point va dépendre du type de phrase (déclarative, interrogative, exclamative, etc.).

a) Le point

On le trouve à la fin d'une phrase déclarative. Celle-ci est construite à l'aide d'un sujet, d'un verbe (avec un ou plusieurs compléments) et se termine par un point :

Le cyclope mange un élève de sixième.

b) Le point d'interrogation

On le trouve à la fin d'une phrase interrogative. Elle se termine par un point d’interrogation et commence par un mot interrogatif :

Quel élève sera mangé ?

On peut également inverser le sujet et le verbe :

Sera-t-il mangé ?

c) Le point d'exclamation

On le trouve à la fin de la phrase exclamative :

Quelle horreur !

Notre phrase est constituée d'un simple groupe nominal et se termine par un point d'exclamation. Elle peut aussi être constituée d'un seul mot :

Silence !
Eh !

La phrase exclamative exprime la colère ou la joie.

d) Les points de suspension

Ils se placent en fin d'une phrase inachevée :

Hier, j'ai mangé Ulysse, Euryloque, Elpénor...

Soit on met des points de suspension, soit on met « etc. », mais pas les deux.

e) Les deux points

Ils s'utilisent pour donner des exemples.

Il aime la nourriture : les hommes, les femmes, les moutons, les chèvres...

Ils s'utilisent pour apporter une explication :

Polyphème est anthropophage : il mange de la chair humaine.

2. La ponctuation moyenne

Le point-virgule relève de la ponctuation moyenne, intermédiaire entre le point et la virgule.
Comme son nom l'indique, il est plus fort que la virgule, mais moins que le point.

Ulysse et ses compagnons débarquent ; ils se reposent.

3. La ponctuation faible

La virgule relève de la ponctuation faible. Ses emplois sont nombreux. En voici quelques exemples.

Elle s’utilise dans les énumérations :

Ulysse a rencontré les Cicones, les Lotophages, le cyclope, les Lestrygons...

Elle isole le ou les compléments circonstanciels :

Pendant son voyage, chaque jour, Ulysse pensait à sa femme et à son fils.

Elle sépare l’épithète détachée ou le groupe nominal apposé du nom qu’ils qualifient :

Le cyclope, furieux, a lancé un rocher sur le bateau d’Ulysse.

Ulysse, l’homme aux milles ruses, ne pouvait vaincre les dieux.

4. Les autres signes de ponctuation

On utilisera essentiellement les parenthèses et les guillemets, signes qui vont toujours par deux, et enfin les tirets.

a) Les parenthèses

Elles permettent d’ajouter quelques mots que l’on juge moins importants que le reste (un commentaire, une précision) :

Ulysse (très fatigué par son voyage) s’est immédiatement endormi.

b) Les guillemets

Ils s’utilisent pour citer un mot ou un groupe de mots dans un texte.
Très utiles en grammaire, ils servent à montrer que l’on n’utilise pas les mots pour nommer quelque chose ou quelqu’un, mais pour parler de ces mots (donner leur nature ou leur fonction, par exemple).

Comparez les deux emplois du groupe nominal le cyclope avec ou sans guillemets :

« Le cyclope » est un groupe nominal / Le cyclope est un géant qui n’a qu’un seul œil.

Ils s’utilisent pour montrer qu’on prend de la distance avec un mot (on l’emploie, mais on le trouve incorrect) :

Dans la phrase Cette « maison » est une ruine, on sous-entend que le mot maison est incorrect (elle est tellement détruite qu'elle ne mérite plus ce nom).

Ils s’utilisent, enfin, quand on rapporte les paroles d’un personnage :

Ulysse demanda : « Crains-tu les dieux ? »

c) Les tirets

Ils s’emploient dans un dialogue, c’est-à-dire quand on rapporte les paroles de plusieurs personnages :

Ulysse demanda :
« Crains-tu les dieux ?
- Je ne les crains pas, je suis plus fort qu’eux ! répondit le cyclope.
- En ce cas, accepte au moins nos présents », proposa Ulysse.

II - Les espaces

Les mots et les phrases sont séparés par des espaces. Dans le cas contraire, un texte est difficilement compréhensible :

lemisérablepersonnesestbienmoquédemoi

Pourtant, auparavant, on ne séparait pas les mots. Ce n’est qu’à partir du IVe siècle que l’on a introduit l’espace.

Dans un texte, on trouve donc de nombreuses espaces, mais pas seulement entre deux mots : quand on va à la ligne, quand on saute une ligne ou quand on met un alinéa. Cela se retrouve dans le paragraphe ou le dialogue.

1. Le paragraphe

Un paragraphe est une partie d’un texte présentant une unité de sens (il contient une idée ; à la deuxième, on fait un autre paragraphe). Il commence par un alinéa (c’est-à-dire un retrait d’un ou deux carreaux par rapport à la marge). Quand il est terminé, on va à la ligne.

Les paragraphes dans Le Capitaine Fracasse

2. Le dialogue

Le dialogue a recours à de nombreux signes de ponctuation : les guillemets, les points, les deux points, les virgules, mais aussi l'alinéa, etc.

Partager

À voir également

Commentaires