dictionnaire et traducteurs

Le é et le è

Vous êtes ici : Lettres > Cours > Le é et le è

Savoir s’il faut mettre un accent aigu ou grave sur un e est une source très fréquente d’erreurs. Ces erreurs sont probablement normales et peuvent s’expliquer de bien des manières (1).

Il est pourtant facile de distinguer ces deux accents. On peut déjà retenir qu’il y a beaucoup plus de e avec un accent aigu que de e avec un accent grave, ce qui ne veut pas dire qu’il faut s’en remettre au hasard !

On doit aussi savoir qu’un e accent aigu traduit un é fermé, ce qui s’écrit [e] en phonétique (2). Un e accent grave traduit un è ouvert, ce qui s’écrit [ ɛ ] (3).

Pour comprendre la différence entre une voyelle fermée et une voyelle ouverte, vous pouvez prononcer à voix haute les lettres i et a. Le i est une voyelle fermée, les lèvres se touchent pratiquement ; la lettre a est une voyelle ouverte, la bouche est grande ouverte.

I - L’accent aigu

Cet accent ne s’utilise que sur la lettre e, et nulle part ailleurs.
Plutôt que d’apprendre une liste de mots où figurent l’accent aigu, on peut retenir que le é aigu traduit un [e] fermé.

Le é aigu [e] se prononce donc les lèvres quasiment fermées : été, blé, fée, ...

II - L’accent grave

Le è grave [ ɛ ] évidemment se prononce, puisque c’est une voyelle ouverte, les lèvres ouvertes : père, mère, collège, très, progrès...

Pour saisir la différence entre le [e] noté é et le [ ɛ ] noté è, prononcez des mots contenant ces deux sons : élève, décès, préfère, sévère...

Avant de conclure cette leçon, il peut être utile de retenir qu’on ne trouve jamais d’accent sur un e suivi d’une double consonne (deux l, deux s, deux t, etc.) : pelle, fesse, lettre...
On ne trouve jamais d’accent non plus sur un e suivi d’un x : exemple, exercice, circonflexe...
Enfin, on ne trouve jamais d’accent aigu devant les lettres d, f, r et z si ces lettres sont les dernières du mot : pied, nef, pleurer, nez, prenez...

Faire les exercices

Notes :

1 - L’accent aigu est apparu, en français, vers 1530. Jusqu’au XVIIIe siècle, il servait à noter... un è grave. En effet, on écrivait aprés, succés, etc.
2 - La phonétique est l’écriture des sons (voir l’alphabet phonétique international).
3 - On remarquera que l’accent aigu monte, comme en musique (on monte dans les aigus). En revanche, on descend dans les graves. L’accent grave descend.

Partager

À voir également

Commentaires