Médée de Pierre Corneille

Vous êtes ici : Lettres > Textes > Théâtre (extraits) > Médée de Pierre Corneille, Acte II scène 2

Médée revenue à la jeunesse par ses ruses (Wikipédia)

Médée

[...]
Quiconque sans l'ouïr (1) condamne un criminel,
Son crime eût-il cent fois mérité le supplice,
D'un juste châtiment il fait une injustice.

Créon

Au regard de Pélie (2), il fut bien mieux traité :
Avant que l'égorger tu l'avais écouté ?

Médée

Écouta-t-il Jason, quand sa haine couverte
L'envoya sur nos bords se livrer à sa perte ?
Car comment voulez-vous que je nomme un dessein (3)
Au-dessus de sa force et du pouvoir humain ?
Apprenez quelle était cette illustre conquête
Et de combien de morts j'ai garanti sa tête.

Il fallait mettre au joug (4) deux taureaux furieux :
Des tourbillons de feux s'élançaient de leurs yeux
Et leur maître Vulcain poussait par leur haleine
Un long embrasement dessus toute la plaine.
Eux domptés, on entrait en de nouveaux hasards :
Il fallait labourer les tristes champs de Mars,
Et des dents d'un serpent ensemencer leur terre,
Dont la stérilité, fertile pour la guerre,
Produisait à l'instant des escadrons armés
Contre la même main qui les avait semés.
Mais quoi qu'eût fait contre eux une valeur parfaite,
La Toison n'était pas au bout de leur défaite :
Un dragon, enivré (5) des plus mortels poisons
Qu'enfantent les péchés de toutes les saisons,
Vomissant mille traits (6) de sa gorge enflammée,
La gardait beaucoup mieux que toute cette armée ;
Jamais étoile, lune, aurore, ni soleil,
Ne virent abaisser sa paupière au sommeil :
Je l'ai seule assoupi ; seule, j'ai par mes charmes
Mis au joug les taureaux et défait les gens d’armes.
Si lors à mon devoir mon désir limité
Eût conservé ma gloire et ma fidélité,
Si j'eusse eu de l'horreur de tant d'énormes fautes,
Que devenaient Jason, et tous vos Argonautes ?
Sans moi, ce vaillant chef, que vous m'avez ravi,
Fût péri le premier, et tous l'auraient suivi.
Je ne me repens point d'avoir par mon adresse
Sauvé le sang des dieux et la fleur de la Grèce :
Zéthès, et Calaïs, et Pollux, et Castor,
Et le charmant Orphée, et le sage Nestor (7),
Tous vos héros enfin tiennent de moi la vie ;
Je vous les verrai tous posséder sans envie :
Je vous les ai sauvés, je vous les cède tous ;
Je n'en veux qu'un pour moi, n'en soyez point jaloux.
Pour de si bons effets laissez-moi l'infidèle :
Il est mon crime seul, si je suis criminelle ;
Aimer cet inconstant, c'est tout ce que j'ai fait :
Si vous me punissez, rendez-moi mon forfait (8).
Est-ce user comme il faut d'un pouvoir légitime,
Que me faire coupable et jouir de mon crime ?

Créon

Va te plaindre à Colchos (9).

Notes :

1 - Ouïr : entendre.
2 - Pélie : roi de Iolcos. Médée le fait égorger par ses propres filles qui croient chasser ainsi sa vieillesse pendant un rite permettant de recouvrer la jeunesse.
3 - Dessein : but, intention. Pélie avait envoyé Jason conquérir la Toison d’or, chose réputée impossible.
4 - Joug : pièce de bois que l’on met sur la tête des bœufs pour les atteler.
5 - Enivré : rendu ivre.
6 - Traits : tout ce qui est lancé et atteint comme une arme (flèches).
7 - Zéthès, Calaïs, Castor, Pollux, Orphée, Nestor désignent quelques-uns des Argonautes ayant accompagné Jason dans sa quête de la Toison d’or.
8 - Forfait : crime.
9 - Colchos : lieu de naissance de Médée.

Partager

Commentaires