Heureux qui, comme Ulysse

Vous êtes ici : Lettres > Textes > Poèmes > Heureux qui, comme Ulysse

Les ruines du mont Palatin (Rubens)
« Paysage avec les ruines du mont Palatin à Rome » de Pierre Paul Rubens
Source : Wikipédia

Heureux qui (1), comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme celui-là qui conquit la toison (2),
Et puis est retourné, plein d'usage (3) et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos (4) de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

Plus mon Loir (5) gaulois, que le Tibre (6) latin,
Plus mon petit Liré (7), que le mont Palatin (8),
Et plus que l'air marin la douceur angevine (9).

Joachim Du Bellay, Les Regrets

Notes :

1 - Celui qui.
2 - La mythologie raconte que Jason, accompagné des Argonautes, était parti chercher la toison d’or, la peau d’un bélier.
3 - D’expérience.
4 - Fermés. Le mot désigne également un terrain clos (fermé, clôturé) de haies ou de murs. En ce cas, c’est un nom.
5 - Fleuve français. Ici, au masculin et sans « e », c’est en fait la Loire.
6 - Fleuve d’Italie passant, notamment, à Rome.
7 - Village d’Anjou dans lequel est né le poète.
8 - L’une des sept collines de Rome.
9 - La douceur d’Angers, chef-lieu du département de Maine-et-Loire dans la région Pays de la Loire. Ses habitants s'appellent les Angevins.

Questions

La forme du poème

1. Comment bien ce poème compte-t-il de strophes ?

2. Combien y a-t-il de vers dans chaque strophe ?

3. Combien y a-t-il de syllabes dans chaque vers ?

4. Pour chaque rime, mettez une lettre. Exemple :

5. Quelles rimes se terminent par « e » ?

Le voyage inaccompli

6. Dans la première strophe, où se termine la première phrase ? Justifiez votre réponse.

7. Pourquoi Ulysse ou Jason sont-ils heureux ?

8. Par quels mots est désigné Jason ? Comment appelle-t-on cette figure de style ?

9. Dans les deux premiers vers, à quels temps sont les verbes ?

10. Qu’apportent les voyages selon le poète ? Est-ce le voyage qui est le plus important ? Appuyez-vous sur la première strophe pour répondre.

11. Quel type de phrase trouve-t-on essentiellement dans les deux premières strophes ? Quel sentiment du poète cela exprime-t-il ?

12. Cherchez dans un dictionnaire la nature du mot « hélas ». Qu’exprime ce mot ? Où est-il placé dans le vers ? Pourquoi à votre avis ?

Le regret

13. Dans les deux dernières strophes, relevez les déterminants possessifs. À quel lieu marquent-ils l’attachement ?

14. Inversement, relevez les articles définis. À quels lieux sont-ils associés ?

15. Toujours dans les deux dernières strophes, quels mots sont répétés ?

16. Où ces mots sont-ils placés ? Qu’est-ce que ces mots opposent ?

Un poète humaniste

Joachim du Bellay a reçu une éducation humaniste au collège de Coqueret où il a été l’élève du poète Dorat en même temps que son ami Ronsard. Grâce à Dorat, les jeunes poètes du collège Coqueret découvrent la poésie antique.

Plus tard, ces poètes humanistes créent le groupe de la Pléiade, dont Du Bellay va rédiger le manifeste, qu’il intitule Défense et illustration de la langue française. Au XVIe siècle, la langue du droit, de la justice, de la diplomatie ou même de la médecine est le latin. On considère alors le français comme une sorte de langue vulgaire (ordinaire), une sorte de patois.

Pour les poètes de la Pléiade, il s’agit de créer des chefs-d'œuvre en français d'aussi bons que ceux des Latins et des Grecs.

Dans le poème « Heureux qui comme Ulysse », on reconnaît l’influence du mouvement humaniste : Du Bellay s’appuie sur l’imitation des Anciens dont il a été nourri durant ses études (la Rome antique, la mythologie grecque…).

17. Comment expliquez-vous la préférence du poète ?

18. Comment appelle-t-on ce sentiment de de tristesse, de regret d’une chose qui appartient désormais au passé ?

Rédigez

Comme Joachim Du Bellay, comparez deux lieux, l’un que vous préférez à l’autre. Utilisez la formule « Plus me plaît ... que ... » au moins quatre fois.


Joachim du Bellay provient d’une famille très noble, mais pauvre.
Pour gagner sa vie, il suit son oncle, le cardinal Du Bellay à Rome.
Celui-ci est un ambassadeur du roi François Ier auprès du pape.
Entre 1553 et 1557, le poète Joachim Du Bellay lui sert de secrétaire.
C’est à Rome qu’il écrit ce poème.
Source : Wikipédia

Partager

Commentaires