RT Actu Blog Manuels Liens Rechercher

« Le monde comme il va » (parties IV à VI)

Vous êtes ici : Lettres > Textes > Romans, contes, nouvelles, etc. > « Le monde comme il va » de Voltaire (parties IV à VI)

IV

Cependant il s’aperçut que la dame, qui avait commencé par lui demander tendrement des nouvelles de son mari, parlait plus tendrement encore, sur la fin du repas, à un jeune mage (28). Il vit un magistrat (29) qui, en présence de sa femme, pressait avec vivacité une veuve ; et cette veuve indulgente avait une main passée autour du cou du magistrat, tandis qu’elle tendait l’autre à un jeune citoyen très beau et très modeste. La femme du magistrat se leva de table la première, pour aller entretenir dans un cabinet voisin son directeur (30) qui arrivait trop tard, et qu’on avait attendu à dîner ; et le directeur, homme éloquent (31), lui parla dans ce cabinet avec tant de véhémence (32) et d’onction (33) que la dame avait, quand elle revint, les yeux humides, les joues enflammées, la démarche mal assurée, la parole tremblante.
  Alors Babouc commença à craindre que le génie Ituriel n’eût raison. Le talent qu’il avait d’attirer la confiance le mit dès le jour même dans les secrets de la dame : elle lui confia son goût pour le jeune mage, l’assura que dans toutes les maisons de Persépolis il trouverait l’équivalent de ce qu’il avait vu dans la sienne. Babouc conclut qu’une telle société ne pouvait subsister ; que la jalousie, la discorde, la vengeance, devaient désoler toutes les maisons ; que les larmes et le sang devaient couler tous les jours ; que certainement les maris tueraient les galants (34) de leurs femmes, ou en seraient tués ; et qu’enfin Ituriel ferait fort bien de détruire tout d’un coup une ville abandonnée à de continuels désordres.

 

V

Il était plongé dans ces idées funestes, quand il se présenta à la porte un homme grave, en manteau noir, qui demanda humblement à parler au jeune magistrat. Celui-ci, sans se lever, sans le regarder, lui donna fièrement, et d’un air distrait, quelques papiers, et le congédia (35). Babouc demanda quel était cet homme. La maîtresse de la maison lui dit tout bas : « C’est un des meilleurs avocats de la ville ; il y a cinquante ans qu’il étudie les lois. Monsieur, qui n’a que vingt-cinq ans, et qui est satrape de loi (36) depuis deux jours, lui donne à faire l’extrait d’un procès (37) qu’il doit juger demain, et qu’il n’a pas encore examiné. — Ce jeune étourdi fait sagement, dit Babouc, de demander conseil à un vieillard ; mais pourquoi n’est-ce pas ce vieillard qui est juge ? — Vous vous moquez, lui dit-on ; jamais ceux qui ont vieilli dans les emplois laborieux et subalternes (38) ne parviennent aux dignités. Ce jeune homme a une grande charge (39), parce que son père est riche, et qu’ici le droit de rendre la justice s’achète comme une métairie (40). — Ô mœurs ! ô malheureuse ville ! s’écria Babouc ; voilà le comble du désordre ; sans doute, ceux qui ont acheté le droit de juger vendent leurs jugements : je ne vois ici que des abîmes d’iniquité (41). »

 

Comme il marquait ainsi sa douleur et sa surprise, un jeune guerrier, qui était revenu ce jour même de l’armée, lui dit : « Pourquoi ne voulez-vous pas qu’on achète les emplois de la robe (42) ? J’ai bien acheté, moi, le droit d’affronter la mort à la tête de deux mille hommes que je commande ; il m’en a coûté quarante mille dariques (43) d’or cette année, pour coucher sur la terre trente nuits de suite en habit rouge, et pour recevoir deux bons coups de flèche dont je me sens encore. Si je me ruine pour servir l’empereur persan que je n’ai jamais vu, M. le satrape de robe (44) peut bien payer quelque chose pour avoir le plaisir de donner audience à des plaideurs (45). » Babouc, indigné, ne put s’empêcher de condamner dans son cœur un pays où l’on mettait à l’encan (46) les dignités de la paix et de la guerre ; il conclut précipitamment que l’on y devait ignorer absolument la guerre et les lois, et que, quand même Ituriel n’exterminerait pas ces peuples, ils périraient par leur détestable administration.
  Sa mauvaise opinion augmenta encore à l’arrivée d’un gros homme, qui, ayant salué très familièrement toute la compagnie, s’approcha du jeune officier, et lui dit : « Je ne peux vous prêter que cinquante mille dariques d’or, car, en vérité, les douanes de l’empire ne m’en ont rapporté que trois cent mille cette année. » Babouc s’informa quel était cet homme qui se plaignait de gagner si peu ; il apprit qu’il y avait dans Persépolis quarante rois plébéiens (47) qui tenaient à bail (48) l’empire de Perse, et qui en rendaient quelque chose au monarque.

VI

Après dîner, il alla dans un des plus superbes temples de la ville ; il s’assit au milieu d’une troupe de femmes et d’hommes qui étaient venus là pour passer le temps. Un mage parut dans une machine élevée (49), qui parla longtemps du vice et de la vertu. Ce mage divisa en plusieurs parties ce qui n’avait pas besoin d’être divisé ; il prouva méthodiquement tout ce qui était clair ; il enseigna tout ce qu’on savait. Il se passionna froidement, et sortit suant et hors d’haleine. Toute l’assemblée alors se réveilla, et crut avoir assisté à une instruction. Babouc dit : « Voilà un homme qui a fait de son mieux pour ennuyer deux ou trois cents de ses concitoyens ; mais son intention était bonne, et il n’y a pas là de quoi détruire Persépolis. »
Au sortir de cette assemblée, on le mena voir une fête publique qu’on donnait tous les jours de l’année ; c’était dans une espèce de basilique (50), au fond de laquelle on voyait un palais. Les plus belles citoyennes de Persépolis, les plus considérables satrapes rangés avec ordre formaient un spectacle si beau, que Babouc crut d’abord que c’était là toute la fête. Deux ou trois personnes, qui paraissaient des rois et des reines, parurent bientôt dans le vestibule de ce palais ; leur langage était très différent de celui du peuple ; il était mesuré (51), harmonieux, et sublime. Personne ne dormait, on écoutait dans un profond silence, qui n’était interrompu que par les témoignages de la sensibilité et de l’admiration publique. Le devoir des rois, l’amour de la vertu, les dangers des passions étaient exprimés par des traits si vifs et si touchants que Babouc versa des larmes. Il ne douta pas que ces héros et ces héroïnes, ces rois et ces reines qu’il venait d’entendre, ne fussent les prédicateurs (52) de l’empire. Il se proposa même d’engager Ituriel à les venir entendre, bien sûr qu’un tel spectacle le réconcilierait pour jamais avec la ville.
  Dès que cette fête fut finie, il voulut voir la principale reine qui avait débité dans ce beau palais une morale si noble et si pure ; il se fit introduire chez sa Majesté ; on le mena par un petit escalier, au second étage, dans un appartement mal meublé, où il trouva une femme mal vêtue, qui lui dit d’un air noble et pathétique : « Ce métier-ci ne me donne pas de quoi vivre ; un des princes que vous avez vus m’a fait un enfant ; j’accoucherai bientôt ; je manque d’argent, et sans argent on n’accouche point. » Babouc lui donna cent dariques d’or, en disant : « S’il n’y avait que ce mal-là dans la ville, Ituriel aurait tort de tant se fâcher. »
  De là il alla passer sa soirée chez des marchands de magnificences inutiles. Un homme intelligent, avec lequel il avait fait connaissance, l’y mena ; il acheta ce qui lui plut, et on le lui vendit avec politesse beaucoup plus qu’il ne valait. Son ami, de retour chez lui, lui fit voir combien on le trompait. Babouc mit sur ses tablettes le nom du marchand, pour le faire distinguer par Ituriel au jour de la punition de la ville. Comme il écrivait, on frappa à sa porte ; c’était le marchand lui-même qui venait lui rapporter sa bourse que Babouc avait laissée par mégarde sur son comptoir. « Comment se peut-il, s’écria Babouc, que vous soyez si fidèle et si généreux, après n’avoir pas eu honte de me vendre des colifichets (53) quatre fois au-dessus de leur valeur ? — Il n’y a aucun négociant un peu connu dans cette ville, lui répondit le marchand, qui ne fût venu vous rapporter votre bourse ; mais on vous a trompé quand on vous a dit que je vous avais vendu ce que vous avez pris chez moi quatre fois plus qu’il ne vaut, je vous l’ai vendu dix fois davantage et cela est si vrai, que si dans un mois vous voulez le revendre, vous n’en aurez pas même ce dixième. Mais rien n’est plus juste ; c’est la fantaisie passagère des hommes qui met le prix à ces choses frivoles (54) ; c’est cette fantaisie qui fait vivre cent ouvriers que j’emploie ; c’est elle qui me donne une belle maison, un char commode, des chevaux ; c’est elle qui excite l’industrie, qui entretient le goût, la circulation, et l’abondance. Je vends aux nations voisines les mêmes bagatelles plus chèrement qu’à vous, et par là je suis utile à l’empire. » Babouc, après avoir un peu rêvé, le raya de ses tablettes.

Lire la suite


Notes :

28 - Un jeune mage : c’est ici, en fait, un abbé. Chez les Perses, le mage est un prêtre de Zoroastre.
29 - Un magistrat : fonctionnaire ayant une autorité juridictionnelle, administrative ou politique.
30 - Son directeur : son directeur de conscience (personne religieuse, qui guide, conseille moralement).
31 - Éloquent : qui parle bien et avec facilité.
32 - Véhémence : emportement, chaleur, ardeur.
33 - Onction : douceur dans les gestes et les paroles (le mot a un sens religieux).
34 - Les galants : les amants.
35 - Le congédia : lui donna son congé (l’autorisation de partir).
36 - Satrape de loi : expression inventée par Voltaire désignant un juge.
37 - L’extrait d’un procès : copie (conforme) des pièces du dossier dans un procès.
38 - Subalternes : d’un rang inférieur.
39 - Une charge, pendant l’Ancien Régime, est une fonction qui s’achète.
40 - Une métairie : domaine agricole exploité selon le système du métayage.
41 - Iniquité : injustice.
42 - Les emplois de robe : les charges de magistrat, d’avocat.
43 - Dariques : voir note 13.
44 - M. le satrape de robe : voir la note 36.
45 - Des plaideurs : personnes qui plaident en justice (qui soutiennent ou contestent quelque chose).
46 - On mettait à l’encan : on vendait au plus offrant.
47 - Quarante rois plébéiens : en réalité, les 40 (jusqu’en 1775) fermiers généraux qui percevaient l’impôt.
48 - Tenaient à bail : louaient.
49 - Une machine élevée : une chaire dans une église.
50 - Une espèce de basilique : une sorte d’église (en réalité, un théâtre).
51 - Mesuré : en vers.
52 - Les prédicateurs : personnes qui prêchent (en général, un ecclésiastique).
53 - Des colifichets : des petits objets de fantaisie sans valeur (voir ci-dessous le mot « bagatelles »).
54 - Frivoles : futiles, sans importance.

Partager