Les Atrides

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Œdipe roi > Généalogie des Atrides

Clytemnestre

Le mot Atride vient du nom Atrée et désigne sa descendance.
Atrée est le roi de Mycènes, le fils de Pélops, lequel est le fils de Tantale.
Quand on parle des Atrides, on désigne par là même une famille maudite. On parle donc de la malédiction des Atrides.

Le châtiment de Tantale

Tout commence avec Tantale, le grand-père d’Atrée. Tantale invite les dieux à un banquet et leur sert le corps de son fils Pélops, afin d’éprouver leur perspicacité. Les dieux s’en rendent compte aussitôt, mais pas Déméter qui mange une épaule de l’enfant. Horrifié, Zeus fait jeter dans un chaudron les membres de Pélops qui revient alors à la vie. On lui donne une épaule d’ivoire pour remplacer celle que Déméter a mangée.
Le châtiment de Tantale est terrible : précipité aux Enfers, il est plongé dans un lac, environné d’arbres chargé de fruits qu’il ne peut atteindre car l’eau et les fruits s’éloignent de lui dès qu’il veut les atteindre. Tantale est donc condamné à une soif et une faim éternelles.

Tantale

Pélops et Hippodamie

L’histoire se poursuit avec Pélops, le fils ressuscité de Tantale.
Devenu adulte, Pélops se rend en Élide. Là, il se joint aux prétendants à la main d’Hippodamie que son père Œnomaos a promis de donner en mariage à celui qui le vaincrait à la course de chars. Nombreux sont les prétendants ayant échoué. Pour mettre toutes les chances de son côté, Pélops corrompt Myrtilos, le cocher d’Œnomaos, qui sabote une roue du char de son maître. Pélops triomphe et épouse Hippodamie. Mais, n’oubliant pas que Myrtilos connaît son secret, le fils de Tantale l’assassine. Malheureusement Hermès, le père de Myrtilos, va venger son fils en maudissant les descendants de Pélops.
Pélops devient roi de Pise en Elide. Des jumeaux naissent de son mariage avec Hippodamie (1) : Atrée et Thyeste. Poussés par leur mère, ils assassinent leur demi-frère Chrysippos (2). Bannis par leur père, ils trouvent refuge à Mycènes où Atrée devient roi.

Atrée et Thyeste, les frères jumeaux

Atrée voue une haine implacable à son frère qui a tenté de lui ravir le trône et est devenu l’amant de sa femme. Pour se venger, Atrée tue les deux fils de son frère et les lui sert à manger. Le soleil épouvanté se détourne de sa route. Saisi d’horreur en apprenant par son frère ce qu’il vient de manger, Thyeste jure de se venger et maudit son frère (3).

La guerre de Troie

Clytemnestre hésitantLa malédiction touche donc la descendance d’Atrée qui a deux enfants, Agamemnon et Ménélas. Ce dernier est le mari d'Hélène, dont l'enlèvement déclenche la guerre de Troie, au cours de laquelle les Achéens sont commandés par Agamemnon. Iphigénie, l’une des filles d’Agamemnon, est même sacrifiée par son propre père, qui espère ainsi obtenir les vents favorables lui permettant d'atteindre Troie (4).
À la fin de la guerre, Ménélas et Hélène se réconcilient et coulent des jours heureux. Il n'en va pas de même pour Agamemnon : rentré à Mycènes, il est assassiné par sa femme Clytemnestre et l'amant de celle-ci, qui n'est autre qu'Égisthe !

Le retour de la guerre de Troie

Sept ans après, les enfants d’Agamemnon, Oreste et Électre, décident de venger sa mort. Oreste assassine leur mère et son amant. Les Érinnyes, divinités nées des gouttes de sang dont Ouranos mutilé imprégna la terre, et dont le rôle est de punir tout crime humain, poursuivent Oreste. Ce dernier obtient cependant son acquittement par l'Aréopage d'Athènes, qui l'absout sur les conseils de la déesse Athéna.

C'est la fin à la malédiction qui pesait sur la famille des Atrides.

Les remords d'Oreste par William Adolphe Bouguereau

Arbre généalogique

Généalogie des Atrides

Notes :

1 - Hippodamie lui donne de très nombreux enfants dont Pitthée, qui sera le grand-père de Thésée.
2 - C'est ce même Chrysippos dont s'est épris Laïos. La malédiction des Labdacides trouve son origine dans cet amour.
3 - Égisthe, troisième fils de Thyeste, vengera ses frères en tuant Atrée.
4 - Iphigénie est sauvée par Artémis, qui la sauve et devient prêtresse de la déesse.

Partager

À voir également

Commentaires