Le travail est un trésor

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > De l'éducation > Le travail est un trésor

Lire la fable Le Laboureur et ses enfants

Lecture analytique

Un père moribond s’adresse à ses enfants, et leur indique la présence d’un trésor.

« Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver [...] »

La plaisanterie paternelle recèle un jeu de mots : dans sa bouche, le mot trésor doit être pris au sens figuré alors que les enfants le comprennent au sens propre. Ce père réussit donc le tour de force, en s’adressant pour la dernière fois à ses enfants, de dire une chose et d’en faire entendre une autre.
Il n’y a évidemment aucun trésor. Cette invitation à trouver un trésor est une incitation voilée à travailler. Aussi le souci du père est-il pédagogique : il s’agit de faire travailler les enfants malgré eux. Le père a compris que ses enfants n’auraient pas entendu le discours invitant au travail, à l’effort et au gain.

Cette fable est donc une allégorie du travail. De ce point de vue, le mot labourer doit nous rappeler sa signification première. En effet, en latin, laborare signifie travailler. Le mot labeur évoque encore aujourd’hui ce sens. En revanche, notre mot travailler vient du bas latin tripaliare qui signifiait torturer.
Le travail est donc une torture, mais une torture qui apporte un gain non négligeable. C’est cela dont il faut convaincre des enfants probablement fainéants (c’est-à-dire qu’ils font néant et qu’ils doivent labourer, travailler).
Argumenter, c’est précisément chercher à convaincre que ce que l’on affirme est juste. C’est d’ailleurs l’objectif de toute fable, qui tend à nous convaincre de la véracité de ses affirmations :

« Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins. »

« [...] le travail est un trésor »

La partie narrative, c’est-à-dire toute l’histoire racontée par la fable (en grande partie constituée des paroles du père), cherche à convaincre le lecteur. Elle a donc une visée argumentative.
Ainsi, la fable fait la démonstration de la nécessité du travail. Elle cherche à nous montrer, à nous convaincre que ce qu’elle affirme est vrai. On peut donc parler d’argumentation, car argumenter consiste à défendre une idée (le travail est un trésor, par exemple) pour convaincre un destinataire, c’est-à-dire emporter son adhésion (faire qu’il soit d’accord).

Partager

À voir également

Commentaires