Exercice : le complément circonstanciel

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Si peau d’âne m’était conté > Exercice : le complément circonstanciel

Relevez les compléments circonstanciels. Précisez tout d’abord la nature (adverbe, groupe nominal, etc.) du mot ou groupe de mots relevé puis donnez la circonstance (temps, lieu, manière, etc.)

1. Il y avait une fois, dans le quartier des Gobelins, à Paris, une vieille sorcière, affreusement vieille, et laide, mais qui aurait bien voulu passer pour la belle fille du monde !
Un beau jour, en lisant le Journal des sorcières, elle tomba sur le communiqué suivant [...]
(La sorcière de la rue Mouffetard, Pierre Gripari)

2. Dans le jardin du paradis, sous l’arbre de la science, il y avait un rosier ; là, dans la première rose, naquit un oiseau ; il volait comme la lumière, sa couleur était splendide, magnifique son chant.
(« L’oiseau Phénix », H. C. Andersen)

3. Le garçon se mit en route avec la lettre, mais il s’égara et arriva le soir dans une grande forêt. Dans l’obscurité il vit une petite lumière, se dirigea vers elle et arriva à une petite chaumière. Au moment où il entra, une vieille femme était assise toute seule près du feu. En l’apercevant, elle fut effrayée et dit : « D’où viens-tu et où vas-tu ? »
(« Le diable au trois cheveux d’or », Grimm)

4. Il était une fois un Roi et une Reine, qui étaient si fâchés de n’avoir point d’enfants, si fâchés qu’on ne saurait dire. Ils allèrent à toutes les eaux du monde ; vœux, pèlerinages, menues dévotions, tout fut mis en œuvre, et rien n’y faisait. Enfin pourtant la Reine devint grosse, et accoucha d’une fille : on fit un beau Baptême ; on donna pour Marraines à la petite Princesse toutes les Fées qu’on pût trouver dans le Pays (il s’en trouva sept), afin que chacune d’elles lui faisant un don, comme c’était la coutume des Fées en ce temps-là, la Princesse eût par ce moyen toutes les perfections imaginables. Après les cérémonies du Baptême toute la compagnie revint au Palais du Roi, où il y avait un grand festin pour les Fées. On mit devant chacune d’elles un couvert magnifique, avec un étui d’or massif, où il y avait une cuiller, une fourchette, et un couteau de fin or, garni de diamants et de rubis.
(« La Belle au bois dormant », Charles Perrault)

Partager

À voir également

Commentaires