Une petite historiette

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Le comique en tout genre > Une petite historiette

Lecture analytique d'Une petite historiette de Mme de Sévigné

Lecture analytique

Une lettre

Ce texte intitulé « une petite historiette » est le récit d’une anecdote plaisante, une petite histoire amusante qui rejoint l’Histoire avec un grand H. Plus précisément il s’agit d’une lettre de Mme de Sévigné rapportant ladite anecdote. L’auteure, avec un style qualifié par Voltaire de « style épistolaire » (du latin « epistula » qui veut dire « lettre » ; voir aussi le mot « épître »), nous apporte des informations précieuses sur son époque et sur les personnalités qui l’ont animée.

Une lettre se reconnaît à plusieurs éléments : il y a un destinateur (Mme de Sévigné), un destinataire (M. de Pomponne). Enfin, des indications de temps et de lieu sont généralement données. On parle alors de cadre spatiotemporel (spatio = espace, temporel = temps). Ainsi, l’histoire racontée se passe en 1664. C’est le XVIIe que l’on appelle le Grand siècle.

Une plaisanterie royale

Cette anecdote est le récit d’une petite cruauté du roi, d’une plaisanterie royale faite à un courtisan. Le roi, faisant des vers, les soumet à la lecture d’un courtisan. Cependant, le roi influence le jugement du courtisan, lequel en bon flatteur qu’il est va s’empresser de se conformer au jugement du roi. Ce dernier, par malice, va jusqu’à lui faire dire qu’il est « fat » !

On rit de cette petite histoire divertissante qui relève du comique spirituel. Faire preuve d’esprit, avoir de l’esprit est une manifestation de vivacité intellectuelle, d’humour (mais le mot n’apparaît qu’en 1725). Enfin, il faut observer la vivacité du style de l’auteure qui sait rendre vivante la scène, notamment par l’utilisation du présent («Le roi se mêle depuis peu de faire des vers ; MM. de Saint-Aignan et Dangeau lui apprennent comme il s'y faut prendre.») et du dialogue («Le Roi se mit à rire, et lui dit…»).

Une moralité

Mme de Sévigné raconte cette histoire pour en tirer une leçon, un enseignement, une moralité enfin : le roi n’est jamais assuré, entouré qu’il est de courtisans, de connaître la vérité. L’auteure de la lettre rejoint ainsi les moralistes comme La Rochefoucauld, La Bruyère, ou encore La Fontaine. Tous ces auteurs ont montré les défauts de l’homme, tous leurs écrits ont tendu à humilier l’homme dans l’image qu’il avait de lui.

De nombreux moralistes ont mis en scène des flatteurs, La Fontaine par exemple. Dans notre extrait, à l'instar du «Corbeau et du Renard», on retrouve le flatteur (le maréchal) et le flatté (le roi), avec un renversement non pas des rôles mais des effets. Le flatteur ne trompe personne, mais est trompé.

Pour clore cette séance, voici deux citations de moralistes sur la flatterie :

« L’on doit se taire sur les puissants : il y a presque toujours de la flatterie à en dire du bien ; il y a du péril à en dire du mal pendant qu’ils vivent, et de la lâcheté quand ils sont morts. »
Jean de La Bruyère, Les Caractères (1696), X, 56

« La flatterie est une fausse monnaie qui n’a de cours que par notre vanité. »
François duc de La Rochefoucauld, Réflexions ou Sentences et Maximes morales (1664), 158

Partager

À voir également

Commentaires