Séance 5

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > « La disparition d'Honoré Subrac » de Guillaume Apollinaire > Séance 5

Apollinaire
Guillaume Apollinaire vu par Vlaminck

Lisez le texte ci-dessous puis répondez aux questions suivantes

Les jours suivants, je ne pensai qu’à cela et je me surprenais, à tout propos, tendant ma volonté dans le but de modifier ma forme et ma couleur. Je tentai de me changer en autobus, en Tour Eiffel, en Académicien, en gagnant du gros lot. Mes efforts furent vains. Je n’y étais pas. Ma volonté n’avait pas assez de force, et puis il me manquait cette sainte terreur, ce formidable danger qui avait réveillé les instincts d’Honoré Subrac…

Je ne l’avais point vu depuis quelque temps, lorsqu’un jour, il arriva affolé :
- Cet homme, mon ennemi, me dit-il, me guette partout. J’ai pu lui échapper trois fois en exerçant ma faculté, mais j’ai peur, j’ai peur, cher ami.
Je vis qu’il avait maigri, mais je me gardai de le lui dire.
- Il ne vous reste qu’une chose à faire, déclarai-je. Pour échapper à un ennemi aussi impitoyable (1) : partez ! Cachez-vous dans un village. Laissez-moi le soin de vos affaires et dirigez-vous vers la gare la plus proche.
Il me serra la main en disant :
- Accompagnez-moi, je vous en supplie, j’ai peur !

Dans la rue, nous marchâmes en silence. Honoré Subrac tournait constamment la tête, d’un air inquiet. Tout à coup, il poussa un cri et se mit à fuir en se débarrassant de sa houppelande et de ses pantoufles. Et je vis qu’un homme arrivait derrière nous en courant. J’essayai de l’arrêter. Mais il m’échappa. Il tenait un revolver qu’il braquait dans la direction d’Honoré Subrac. Celui-ci venait d’atteindre un long mur de caserne et disparut comme par enchantement.
L’homme au revolver s’arrêta stupéfait, poussant une exclamation de rage, et, comme pour se venger du mur qui semblait lui avoir ravi sa victime, il déchargea son revolver sur le point où Honoré Subrac avait disparu. Il s’en alla ensuite, en courant …
Des gens se rassemblèrent, des sergents de ville vinrent les disperser. Alors, j’appelai mon ami. Mais il ne me répondit pas.
Je tâtai la muraille, elle était encore tiède, et je remarquai que, des six balles de revolver, trois avaient frappé à la hauteur d’un cœur d’homme, tandis que les autres avaient éraflé le plâtre, plus haut, là où il me sembla distinguer, vaguement, les contours d’un visage.

« La disparition d’Honoré Subrac » (fin)

Questions

1. Relisez le premier paragraphe et dites quelle est sa tonalité (comique, tragique, épique etc.)

2. il arriva affolé
Comment appelle-t-on le passage d’un texte qui annonce la fin de l’histoire ?

3. Quels sont les sentiments d’Honoré Subrac avant l’arrivée de son prédateur ? Justifiez votre réponse.

4. Honoré Subrac parvient-il à lui échapper ?

5. elle était encore tiède
Pourquoi cette phrase est-elle écrite en italique ?

6. Qu’est-ce que le texte ne dit pas mais laisse entendre ?

7. Relevez un verbe qui traduit cependant l’incertitude du narrateur ?

8. CONCLUEZ (définitivement) : peut-on croire cette histoire ? Justifiez votre réponse.

Notes :

1 - Qui est sans pitié

Partager

À voir également

Commentaires