Les théâtres de Paris

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Rire avec Molière > Les théâtres de Paris

Pendant très longtemps, il n’y eut à Paris qu’un seul théâtre et qu’une seule troupe : par décision du roi Charles VI, seuls les Confrères de la Passion avaient le droit de se produire dans la capitale. Cependant, les troupes venant de l’extérieur pouvaient obtenir des Confrères une autorisation, à condition de payer une redevance.

Un seul théâtre permettait ainsi le contrôle des spectacles qui étaient, depuis le XVe siècle, religieux : c’est l’Écriture sainte qui y était représentée.

Mais, au XVIIe siècle, Richelieu et Louis XIV vont permettre l’ouverture de nouveaux théâtres. Puis ces théâtres fusionneront, et ce sera la naissance de la Comédie-Française.

Cliquez sur les noms des théâtres

Le Petit-BourbonCet ancien hôtel (construit au XIVe siècle) est situé entre le Louvre et l'église de Saint-Germain. C’est la plus grande de salle de Paris, et c’est là que Molière, après avoir joué pendant 14 ans en province, fait ses représentations (en alternance avec la troupe des Italiens). Le ballet comique de la reine (1581) et les États généraux de 1614 s'y sont déroulés. Le théâtre du Petit-Bourbon est détruit en 1660.
Le théâtre du MaraisEn 1634, le comédien Montdory décide d’ouvrir dans le Marais (le quartier chic de l’époque) un nouveau théâtre : le théâtre du Marais. Pour cela, il aménage la salle du Jeu de Paume du Marais. C’est dans ce théâtre que Pierre Corneille donne quelques-unes de ses pièces les plus célèbres comme L’Illusion comique (1635) ou Le Cid (1637). Compte tenu de l’affluence pour Le Cid, Montdory a l’idée de mettre des places installées sur la scène qu’il loue fort cher. Le théâtre du Marais est détruit lors d’un incendie le 1er janvier 1644, mais en moins de 9 mois, il est reconstruit : 3 étages de loges, des machines pour faire monter ou descendre les personnages, etc.
L’hôtel GuénégaudEn 1673, Louis XIV permet la réouverture de la salle du Jeu de paume de la Bouteille, qui devient le théâtre de Guénégaud. Après la mort de Molière, les comédiens du Marais rejoignent sur ordre royal la troupe des comédiens de Molière. Cette nouvelle troupe s’installe à l’Hôtel Guénégaud. En 1680, un nouvel ordre du roi enjoint aux deux dernières troupes de comédiens français établis dans Paris de jouer dorénavant ensemble : les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne rejoignent donc ceux de l’Hôtel Guénégaud. C’est la naissance de la Comédie-Française. Il s’agit alors de conserver le patrimoine en jouant un répertoire devenu classique.
L’hôtel de BourgogneConstruit en 1548, ce théâtre est situé dans l’actuelle rue Étienne-Marcel (un quartier alors mal fréquenté et donc peu cher). On lui le nom du terrain : l’hôtel de Bourgogne. Alors que l’on jouait habituellement sur le parvis des églises (ou dans des salles de Jeux de Paume en cas de mauvais temps), l’hôtel de Bourgogne est le premier à permettre de jouer dans une salle fermée et dédiée au spectacle. Les Confrères de la Passion y jouent d’abord des mystères. Puis on y joue des farces. Enfin, la salle est louée à des troupes itinérantes (françaises ou italiennes). La salle de l’hôtel de Bourgogne est construite sur le modèle de celles du Jeu de Paume (l’ancêtre du tennis) : le sol est plat, on s’y tient debout. Au fond, des marches permettent de mieux voir (mais de loin, la profondeur y étant de 12 mètres). Bien sûr, de nombreuses rénovations rendront la salle plus agréable.
Le Palais-RoyalSituée 38 rue de Montpensier et donnant sur les jardins du Palais-Royal, ce théâtre existe toujours (mais a été reconstruit après un incendie). Inaugurée en 1641, cette salle était en fait le théâtre privé du Cardinal de Richelieu, le protecteur de Corneille. Molière y joue entre 1661 et 1673. En effet, les « précieuses » dont s’était moqué Molière avaient fait détruire son théâtre du Petit-Bourbon. C’est Louis XIV qui, mécontent, donne à Molière le théâtre (désaffecté depuis 20 ans) de Richelieu.
Les théâtres de Paris (Cliquez sur les noms des théâtres)

L'évolution du théâtre en France

Au Moyen Âge, le spectacle, quand il n’est pas religieux, est dans la rue, à l’occasion d’une foire par exemple. De simples planches sur des tréteaux suffisent à construire une scène.

Au tout début du XVIIe siècle, le théâtre à la française est construit sur le modèle des Jeux de paumes (ce sont des salles de sport où l’on pratique un jeu de balle, qui deviendra le tennis). Ainsi, l’hôtel de Bourgogne est tout en longueur (la salle mesure 32,5 x 18,5 m. La scène a une profondeur de 12 m).

Durant le XVIIe siècle, le théâtre à « l’italienne » s’impose dans toute l’Europe. Une telle salle - conçue en arc de cercle - permet d’accueillir davantage de spectateurs.

Partager

À voir également

Commentaires