Exercices Les propositions subordonnées relatives

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Les fabliaux > Exercices Les propositions subordonnées relatives

1. Relevez les propositions subordonnées.

a - Une bourgeoise dont le mari était d’Amiens était née à Orléans. b - Le bourgeois qui était très riche connaissait de nombreux tours et ruses. c - Un jour, quatre clercs qui portaient leurs livres et leur linge dans un gros sac arrivèrent à la ville. d - Ils étaient bien vus dans la rue où ils avaient trouvé un gîte. e - L’un d’eux allait souvent chez ces bourgeois, lesquels l’appréciaient pour ses bonnes manières. f - Le mari, dont la bourgeoise se plaisait en la compagnie de ce clerc, décida de donner une leçon au jeune homme.

2. Relevez le pronom relatif et donnez son antécédent.

a - Il y avait chez lui une nièce qu’il hébergeait depuis longtemps. b - La jeune fille qui doit épier les deux amants recevra un cotillon en récompense. c - Elle comprend rapidement le plan qu’ils ont imaginé : la dame avertira le clerc si le mari part en voyage. d - Le clerc ira alors la rejoindre là où elle le lui indiquera. e - Le bourgeois dont le piège fonctionne fait mine de partir pour son commerce. f - À la nuit tombée, le mari, qui veut duper les amants, passe par la porte que lui ouvre sa femme !

3. Relevez les propositions subordonnées. Donnez le pronom relatif puis son antécédent.

a - La bourgeoise qui regarde sous le chaperon découvre la fourberie de son mari. b - Elle lui propose de lui donner de sa bourse s’il tait cette affaire, et lui offre une cachette dans un grenier dont elle a la clef. c - La femme enferme son mari et retrouve le clerc qui l’accueille à bras ouverts. d - Ils ont traversé le courtil et sont arrivés à la chambre où les draps sont prêts dans le lit. e - Longtemps ils se sont amusés, et la bourgeoise, qui prétend aller faire manger ses gens, laisse son amant. f - Dans la salle où ses gens mangent, la bourgeoise explique : « Un clerc qui me courtise et ne peut me laisser en paix m’attend au grenier là-haut. ».

4. Relevez les propositions subordonnées. Donnez le pronom relatif, son antécédent, puis sa fonction.

a - Elle ajoute : « Rouez de coups cet homme que je ne veux plus voir. Je vous donnerai un gallon de vin qui sera votre récompense ». b - Et les gens saisissent le bonhomme qu’on roue aussitôt de coups. c - Le pauvre homme qu’on prend à la gorge peine à crier merci. d - Enfin, on le jette sur un fumier où il reste comme un chien crevé. e - Les gens sont traités comme des rois à qui on donne les meilleurs vins qui fussent en cave. f - Les gâteaux, le vin, la nappe de lin et la chandelle dont la femme s’empare réjouissent les deux amants qui se sont retrouvés.

5. Réécrivez entièrement les phrases au pluriel.

a - Le mari qui est rentré chez lui se fait préparer un bain par sa femme. b - Elle lui raconte comment on a traité le clerc qu’elle avait livré. c - Le bourgeois, qui croit tout ce qu’on lui dit, n’ose plus la soupçonner. d - Mais la bourgeoise qui aimait tant le clerc continua de le voir. e - La dame qui fit battre son mari s’en tira comme une femme honnête et sage.

Partager

À voir également

Commentaires