De la terre à la lune

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Les aventures de Jules Verne > De la terre à la lune


Source : Gallica

Le Gun-club est une association de fabricants d’armes concevant les canons les plus puissants qui soient. La guerre ayant pris fin, ces « Anges Exterminateurs » regrettent leur inactivité quand leur président, Impey Barbicane, leur annonce qu’il a une communication de la plus haute importance à leur faire.

Permettez-moi, reprit-il, de vous rappeler en quelques mots comment certains esprits ardents, embarqués pour des voyages imaginaires, prétendirent avoir pénétré les secrets de notre satellite. Au dix-septième siècle, un certain David Fabricius (1) se vanta d’avoir vu de ses yeux des habitants de la Lune. En 1649, un Français, Jean Baudoin (2), publia le Voyage fait au monde de la Lune par Dominique Gonzalès, aventurier espagnol. À la même époque, Cyrano de Bergerac (3) fit paraître cette expédition célèbre qui eut tant de succès en France. Plus tard, un autre Français, - ces gens-là s’occupent beaucoup de la Lune, - le nommé Fontenelle (4), écrivit la Pluralité des Mondes, un chef-d’œuvre en son temps ; mais la science, en marchant, écrase même les chefs-d’œuvre ! Vers 1835, un opuscule (5) traduit du New York American raconta que Sir John Herschell, envoyé au cap de Bonne-Espérance pour y faire des études astronomiques, avait, au moyen d’un télescope perfectionné par un éclairage intérieur, ramené la Lune à une distance de quatre-vingts yards (6). Alors il aurait aperçu distinctement des cavernes dans lesquelles vivaient des hippopotames, de vertes montagnes frangées de dentelles d’or, des moutons aux cornes d’ivoire, des chevreuils blancs, des habitants avec des ailes membraneuses comme celles de la chauve-souris. Cette brochure, œuvre d’un Américain nommé Locke, eut un très-grand succès. Mais bientôt on reconnut que c’était une mystification (7) scientifique, et les Français furent les premiers à en rire.

- Rire d’un Américain ! s’écria J.-T. Maston, mais voilà un casus belli (8) !…
- Rassurez-vous, mon digne ami. Les Français, avant d’en rire, avaient été parfaitement dupes de notre compatriote. Pour terminer ce rapide historique, j’ajouterai qu’un certain Hans Pfaal de Rotterdam, s’élançant dans un ballon rempli d’un gaz tiré de l’azote, et trente-sept fois plus léger que l’hydrogène, atteignit la Lune après dix-neuf jours de traversée. Ce voyage, comme les tentatives précédentes, était simplement imaginaire, mais ce fut l’œuvre d’un écrivain populaire en Amérique, d’un génie étrange et contemplatif. J’ai nommé Poe (9) !
- Hurrah pour Edgar Poe ! s’écria l’assemblée, électrisée par les paroles de son président.
- J’en ai fini, reprit Barbicane, avec ces tentatives que j’appellerai purement littéraires, et parfaitement insuffisantes pour établir des relations sérieuses avec l’astre des nuits. [...] Mais il est réservé au génie pratique des Américains de se mettre en rapport avec le monde sidéral. Le moyen d’y parvenir est simple, facile, certain, immanquable, et il va faire l’objet de ma proposition. »

Un brouhaha, une tempête d’exclamations accueillit ces paroles. Il n’était pas un seul des assistants qui ne fût dominé, entraîné, enlevé par les paroles de l’orateur (10).

« Écoutez ! écoutez ! Silence donc ! » s’écria-t-on de toutes parts.

Lorsque l’agitation fut calmée, Barbicane reprit d’une voix plus grave son discours interrompu :

« Vous savez, dit-il, quels progrès la balistique (11) a faits depuis quelques années et à quel degré de perfection les armes à feu seraient parvenues, si la guerre eût continué. Vous n’ignorez pas non plus que, d’une façon générale, la force de résistance des canons et la puissance expansive de la poudre sont illimitées. Eh bien ! partant de ce principe, je me suis demandé si, au moyen d’un appareil suffisant, établi dans des conditions de résistance déterminées, il ne serait pas possible d’envoyer un boulet (12) dans la Lune ! »

De la terre à la lune, trajet direct en 97 heures 20 minutes, chapitre II

Notes :

1 - David Fabricius est un allemand (1564-1617) qui, par ses observations, a découvert la première étoile variable. Ses observations du soleil lui ont également permis, entre autres, de découvrir l’existence de taches solaires.
2 - Jean Baudoin est lecteur de la reine Marguerite. En 1634, il devient l'un des premiers membres de Académie française.
3 - Cet écrivain français (1619-1655) est considéré comme l’un des premiers auteurs de science-fiction. Son Histoire comique des États et Empires de la Lune et Histoire comique des États et Empires du Soleil font le récit de ses voyages sur la Lune et le Soleil. Le narrateur y fait des observations sur les sociétés indigènes qu’il y rencontre.
4 - Bernard Le Bouyer de Fontenelle est un écrivain et scientifique français né en 1657 et mort en 1757.
5 - Petit livre.
6 - Le yard vaut un moins que le mètre, soit 0,91 m.
7 - Farce, canular, tromperie.
8 - Déclaration de guerre.
9 - Edgar Allan Poe (1809-1849) est l’auteur des Histoires extraordinaires, recueil dans le quel on trouve la nouvelle « Aventure sans pareille d'un certain Hans Pfaall» conçue comme un canular journalistique.
10 - Personne qui parle en s’adressant à un public.
11 - Science du mouvement des projectiles et des engins soumis aux forces de la gravitation.
12 - Comme cela est dit quelques pages plus loin, « Bien qu’il ne s’agît encore que d’envoyer un boulet à l’astre des nuits, tous voyaient là le point de départ d’une série d’expériences ; tous espéraient qu’un jour l’Amérique pénétrerait les derniers secrets de ce disque mystérieux, et quelques-uns même semblèrent craindre que sa conquête ne dérangeât sensiblement l’équilibre européen » (chapitre III). Plus loin, encore, le Français Michel Ardan, propose de fabriquer un projectile creux (au lieu du boulet plein prévu) dans lequel il pourrait prendre place afin d'aller sur la Lune.

Questions

Objectif lune

1. En vous aidant éventuellement d’un dictionnaire, cherchez quel mot évoque le nom de Barbicane.

2. Relevez toutes les expressions désignant la lune.

3. Quel moyen Impey Barbicane envisage-t-il d’utiliser pour atteindre la lune ?

4. Comment est accueillie sa proposition ? Appuyez-vous sur le texte pour répondre.

5. Et à vous, cela vous semble-t-il possible ? Justifiez votre réponse.

Héritage littéraire

6. Citez les voyages imaginaires évoqués par Barbicane.

7. Pour quelle raison Barbicane évoque-t-il toutes ces histoires purement littéraires ?

8. En vous aidant du glossaire, dites qui sont ces esprits ardents évoqués par Barbicane.

9. Selon vous, que signifie la phrase « la science, en marchant, écrase même les chefs-d’œuvre » ?

Rédigez

Vous aussi, proposez un voyage d’un type nouveau et extraordinaire.
Vous devez convaincre votre auditoire en construisant votre texte comme Impey Barbicane et en complétant les points de suspension :

« Vous savez, dit-il, quels progrès... Vous n’ignorez pas non plus que... Eh bien ! partant de ce principe, je me suis demandé si... »

Conjugaison

Pour quelle raison le verbe « rappeler » prend-il un seul « l » alors qu’il en prend deux dans « j’appellerai » ?

Partager

À voir également

Commentaires