dictionnaire et traducteurs

Les Enfants de Timpelbach

Vous êtes ici : Lettres > Lecture > Les Enfants de Timpelbach de Henry Winterfeld

J’ai reçu récemment ce livre dans mon casier. Si, chose fort peu probable, un éditeur me lit, qu’il sache qu’on apprécie particulièrement la découverte d’un nouveau livre au milieu de toute une paperasse insipide qui ne veut toujours pas passer par le mail. Cela fait plaisir, cela donne des idées. L’idée, fortement suggérée par le truchement d’un petit fascicule, consiste ici à réaliser un travail dont le prix nous conduit à voir l’adaptation cinématographique dudit roman. Pourquoi pas ?

Le roman semble intéressant. Son auteur est connu. Il est l’auteur de L’affaire Caïus (c’est même une tarte à la crème de l’enseignement, ça, et Double meurtre à l’abbaye).
Un village est déserté par les parents d’enfants terribles qui font bêtises sur bêtises. Lassés qu’ils sont par les dégâts de leurs progénitures, ces parents décident de disparaître momentanément afin de faire comprendre aux enfants combien leur présence est indispensable et à quel point il serait judicieux de se montrer un peu plus sage et un peu plus respectueux. La chose tourne mal, les parents ne peuvent pas revenir, et les enfants sont livrés à eux-mêmes. Las ! On est loin de Sa Majesté des mouches de William Golding. Le roman tourne vite à la robinsonnade où le village fait figure d’île, et où il faut faire l’apprentissage de la vie avec les moyens du bord.
Évidemment les gentils l’emportent et tout est bien qui finit bien.

Cela plaira certainement aux jeunes lecteurs, d’autant plus que le début est plutôt réussi (du point de vue de la narration, on pourra étudier le début in medias res, les anticipations…). Le récit de la bêtise poussant les parents à prendre la décision du départ est plutôt amusant.

Partager

Commentaires