De la phrase simple à la phrase complexe

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Jeannot et Colin > Évaluation : De la phrase simple à la phrase complexe

1. Dites si les phrases suivantes sont verbales ou non verbales (2 points)

a - Quel étrange nom que celui de Thunder-ten-tronckh ! b - Candide vivait dans son château. c - Un magnifique château situé en Vestphalie. d - Candide était un garçon à qui la nature avait donné les mœurs les plus douces.

2. Les phrases suivantes sont-elles simples ou complexes ? (2 points)

a - Madame la baronne, qui pesait environ trois cent cinquante livres, s’attirait par là une très grande considération. b - Sa fille Cunégonde, âgée de dix-sept ans, était haute en couleur, fraîche, grasse, appétissante. c - Le fils du baron paraissait en tout digne de son père. d - Le précepteur Pangloss était l’oracle de la maison, et le petit Candide écoutait ses leçons avec toute la bonne foi de son âge.

3. Dites si les propositions sont juxtaposées ou coordonnées. Justifiez votre réponse. (4 points)

a - Le jeune homme avait le jugement assez droit, avec l’esprit le plus simple. On le surnommait donc Candide. b - Monsieur le baron était un des plus puissants seigneurs de la Vestphalie, car son château avait une porte et des fenêtres. c - Tous les chiens de ses basses-cours composaient une meute dans le besoin ; ses palefreniers étaient ses piqueurs. d - Ils l’appelaient tous Monseigneur, et ils riaient quand il faisait des contes.

4. Relevez les mots subordonnants ; dites si ce sont des pronoms relatifs ou des con- jonctions de subordination. (7 points)

a - Candide demanda l’aumône à plusieurs graves personnages, qui lui répondirent tous que, s’il continuait à faire ce métier, on l’enfermerait dans une maison de correction pour lui apprendre à vivre. b - Un homme qui n’avait point été baptisé vit la manière cruelle dont on traitait ainsi un de ses frères. c - Maître Pangloss m’avait dit que tout est au mieux dans ce monde. d - Les deux pièces que Candide avait reçues de Jacques allèrent à cet épouvantable gueux.

5. Relevez les propositions subordonnées. Dites si elles sont relatives, complétives ou circonstancielles. (5 points)

a - Candide mena le gueux dans l’étable de Jacques, où il lui fit manger un peu de pain. b - Quand Pangloss fut restauré, il lui raconta tout. c - Candide s’évanouit ; son ami le réveilla avec un peu de vinaigre qui se trouva par hasard dans l’étable. d - Ils ont cassé la tête à monsieur le baron, lequel voulait la défendre. e - J’ai goûté dans ses bras les délices du paradis, qui ont produit ces tourments d’enfer dont vous me voyez dévoré.

Partager

À voir également

Commentaires