Évaluation : Les points de vue

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Le fantastique > Évaluation : Les points de vue

I - Donnez une définition de chacun des points de vue.
II - Lisez attentivement les extraits ci-dessous puis dites quel point de vue est utilisé. Justifiez le plus précisément possible vos réponses (c’est-à-dire en citant le texte, et en expliquant).

Extrait 1

Et dans cette pénombre, je distinguai quelque chose d’imprécis qui bougeait autour de mon lit. Je me rendis bientôt compte qu’il s’agissait d’un animal noir comme du charbon, eil à un monstrueux chat. Il me parut avoir près d’un mètre cinquante de long, car il avait la dimension de la carpette sur laquelle il passa. Et il poursuivait ses allées et venues, avec l’agitation sinistre d’une bête en cage. J’étais terrifiée, et je ne pouvais appeler au secours. Le rythme de sa démarche se précipitait et en même temps l’obscurité s’épaississait de plus en plus, au point que je ne vis plus que ses yeux. Je le sentis monter d’un bond léger sur mon lit. Les deux énormes yeux se rapprochèrent de mon visage. Et soudain une douleur perçante me traversa, comme si deux grande aiguilles, éloignées de quelques centimètres, avaient troué profondément ma gorge. (Carmilla)

Extrait 2

Parmi les douze filles qui étaient enchaînées six à six par le milieu du corps, il y en avait une dont l’air et la figure étaient si peu conformes à sa condition, qu’en tout autre état je l’eusse prise pour une princesse. Sa tristesse et la saleté de son linge et de ses habits l’enlaidissaient si peu, que sa vue m’inspira du respect et de la pitié. Elle tâchait néanmoins de se tourner autant que sa chaîne pouvait le permettre, pour dérober son visage aux yeux des spectateurs. (Manon Lescaut)

Extrait 3

Frédéric pensait à la chambre qu’il occuperait là-bas, au plan d’un drame, à des sujets de tableaux, à des passions futures. Il trouvait que le bonheur mérité par l’excellence de son âme tardait à venir. (L’éducation sentimantale)

Extrait 4

Un jeune homme... traçons son portrait d’un seul trait de plume : figurez-vous don Quichotte à dix-huit ans, don Quichotte, décorcelé, sans haubert et sans cuissards, don Quichotte revêtu d’un pourpoint de laine dont la couleur bleue s’était transformée en une nuance insaisissable de lie de vin et d’azur céleste. Visage long et brun ; la pommette des joues saillante, signe d’astuce ; les muscles maxillaires énormément développés, indice infaillible auquel on reconnaît le Gascon, même sans béret, et notre jeune homme portait un béret orné d’une espèce de plume [...] (Les trois mousquetaires)

Extrait 5

De ce moment, Valancourt fit de fréquentes visites à madame Chéron, et l’orpheline passa près de lui les moments les plus heureux qu’elle eût connus depuis la mort de son père. Ils aimaient, ils étaient aimés, et ne soupçonnaient guère que la tendresse mutuelle qui faisait leur bonheur pût être dans un prochain avenir une source de désespoir. Pendant ce temps, la liaison de madame Clairval et de madame Chéron devenait de jour en jour plus intime, et celle-ci donnait carrière à sa vanité en publiant partout la passion du neveu de son amie pour sa nièce.
Montoni s’était de son côté impatronisé peu à peu dans le château, et Émilie fut forcée de reconnaître l’empire que ce personnage exerçait déjà sur sa tante. (Les Mystères du château d’Udolphe)

Partager

À voir également

Commentaires