Correction de l'évaluation sur le fantastique

Vous êtes ici : Lettres > Séquences > Le fantastique > Évaluation finale > Correction

Les lieux

1. L’histoire se déroule à Paris.
Plus précisément, elle commence dans le « Marais, le plus vieux quartier de Paris ». Elle se poursuit sur « la place de Grève ». Les deux personnages passent ensuite sur le Pont-Neuf, parviennent dans « les vieilles rues du Quartier Latin » avant d’arriver à la Sorbonne.

2. L’histoire se passe la nuit. Les groupes nominaux suivants le montrent « une nuit d’orage », « une heure si tardive de la nuit ».

3. Le temps est orageux ( « une nuit d’orage », « Les sourds grondements du tonnerre », « Les éclairs crépitaient »,  « Plusieurs éclairs violents et rapprochés »).

4. Dans ce texte, tout semble vieux. Les rues sont « vieilles et sombres ». On passe successivement devant « les hautes tours du vieil Hôtel de Ville », « les vieilles rues du Quartier Latin ». Même le portier est vieux (« Le vieux portier »).

De plus, on y voit peu. On erre dans les « sombres rues du Marais », on longe « les murs sombres de la Sorbonne ». On arrive sur des lieux inquiétants tels « la place de Grève, où se font les exécutions publiques ».

Les personnages

5. Le personnage principal s’appelle le protagoniste. Son prénom est Wolfgang.

6. « il » est un pronom personnel.
Un verbe commençant par le pronom « se » est un verbe pronominal.

7. Il rencontre une jeune femme. Le groupe nominal la désignant est « une silhouette accroupie ».

8. « C’était une forme féminine, vêtue de noir ; assise sur une des dernières marches de l’échafaud, elle avait le buste penché en avant, son visage était enfoui entre ses genoux et ses lourdes tresses défaites traînaient sur le sol, ruisselantes de la pluie qui tombait à torrents. »

« Son visage était pâle, mais d’une blancheur éblouissante, rehaussée par une profusion de cheveux noirs et denses qui l’auréolaient. Ses grands yeux étincelaient, avec dans leur expression quelque chose d’étrangement hagard. Ses formes avaient une harmonie parfaite, pour autant que la robe noire permettait d’en juger. Toute sa personne avait un cachet de noblesse, malgré la simplicité extrême de sa mise. La seule chose qui ressemblât à quelque parure, dans tout son vêtement, était le large ruban noir qu’elle portait au cou, retenu par une agrafe de diamants. »

Le temps principalement utilisé est l’imparfait de l’indicatif.

La jeune femme

9. Il pense que c’est une « malheureuse veuve » dont le mari a été guillotiné. L’adverbe « sans doute » montre qu’il n’en est pas sûr. Le groupe verbal « donnait l’impression » invite le lecteur à penser que ce que croit Wolfgang n’est pas tout à fait la vérité.

10. Ce sont les éclairs de l’orage qui éclairent la scène : « leurs lueurs incertaines éclataient sur la place », « Plusieurs éclairs violents et rapprochés lui permirent de la mieux distinguer » (ce qui ne veut pas dire qu’on y voit très bien). On peut ainsi remettre en question les certitudes de Wolfgang : a-t-il bien vu ?

11. Ils repartent ensemble et décident de se marier.

12. La jeune femme est morte.
Cette femme avait été guillotinée la veille. Seul le « noir collier » retenait la tête.

13. Lors de la première lecture, on pouvait penser que ses amis étaient dans la tombe, alors qu'en relisant ce dialogue, on comprend que c’est elle qui devrait y être. Et elle ne dit pas autre chose : je suis morte.

14. Le second portrait, qui insiste sur la pâleur du personnage, rappelle celui d’une morte : « Son visage était pâle, mais d’une blancheur éblouissante ».
Son regard a quelque chose d’inquiétant : « Ses grands yeux étincelaient, avec dans leur expression quelque chose d’étrangement hagard ».

On comprend autrement le narrateur quand il dit que la jeune femme est « sur le bord de cette existence ». C’est peut-être une sorte de fantôme, qui n’a pas encore rejoint le royaume des morts. En fait, à aucun moment, Wolfgang ne comprend ce que la femme lui dit : elle désigne la guillotine afin de lui signifier qu’elle a été exécutée ; elle lui dit que sa demeure est dans (remarquez la préposition) la tombe.

15. Il est probable que le protagoniste soit fou. Au reste, que peut-on penser d’un personnage qui erre dans les rues un soir d’orage violent, et qui croit rencontrer la femme de ses rêves sur la place où se font les exécutions publiques ?

Wolfgang pense, il a la certitude qu’un démon cherche à le perdre, mais on peut penser qu’il a simplement ramené chez lui un cadavre.

Partager

À voir également

Commentaires